Menu Fermer

Le baseball et le vin ont-ils les mêmes problèmes de relations publiques ?

Aujourd’hui devrait être un jour purement joyeux pour les fans de baseball : La saison 2022 de la Ligue majeure de baseball démarre, avec un optimisme – ou du moins un espoir insensé – qui abonde d’un océan à l’autre. Un long lock-out imposé par les propriétaires à l’Association des joueurs de la MLB a pris fin et, bien que le début de la saison ait dû être repoussé d’une semaine, aucun match n’a été perdu. Pourtant, dans tout le monde du baseball, on a le sentiment que ce sport est sur le déclin, surtout chez les milléniaux et les jeunes de la génération Z.

En tant qu’amateur de vin et de baseball, deux secteurs qui ont beaucoup de mal à se rapprocher d’une jeune génération de consommateurs potentiels, je suis frappé par leurs défauts communs : La sursaturation, le manque d’accès et l’obsession du passé.

La question de la sursaturation du vin se résume à l’existence d’un éventail toujours plus large de vins provenant des quatre coins du monde, fabriqués à partir de centaines de variétés différentes et à tous les prix. Si cette abondance peut être formidable pour ceux qui aiment vraiment l’exploration et la découverte, elle est aussi sans aucun doute déroutante pour de nombreux buveurs de vin potentiels, les poussant vers des catégories plus faciles à comprendre comme les sodas ou les spiritueux. En ce qui concerne le base-ball, le problème vient plutôt du fait que le calendrier de 162 matchs signifie qu’aucun match ne peut vraiment avoir un impact sur le sort d’une équipe pendant l’année. Comme l’explique Aaron Goldhammer, animateur radio et producteur à ESPN Cleveland, ses auditeurs vivent et meurent avec chaque match des Cleveland Browns, mais ne s’intéressent guère à l’équipe locale de Major League, les Cleveland Guardians, à moins qu’elle ne soit extrêmement bonne ou comiquement mauvaise.

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

L’accès joue également un rôle dans ce domaine : Le vin s’accompagne au moins de la perception d’un coût d’entrée plus élevé, ainsi que d’une attente de maîtrise que le secteur a du mal à dépasser. En outre, de nombreux vins très appréciés sont produits en petites quantités et sont fortement contingentés, en plus d’être vendus à des prix élevés, ce qui les rend pratiquement inaccessibles à tous, sauf aux collectionneurs les mieux informés et les plus fortunés. Les règles du baseball ne sont peut-être pas techniquement plus compliquées que celles du basket-ball ou du football, mais les subtilités de ce sport constituent une barrière similaire à l’entrée. En outre, comparativement à la NBA ou à la NFL, relativement peu de matchs de MLB sont diffusés à l’échelle nationale, ce qui signifie que même les talents vraiment époustouflants comme le lanceur/outfielder Shohei Ohtani des Los Angeles Angels ou les jeunes superstars comme Fernando Tatis, Jr. des San Diego Padres ou Vladimir Guerrero, Jr. des Toronto Blue Jays passent rarement à la télévision.

Enfin, le baseball et le vin sont tous deux tragiquement obsédés par leur passé. Le vin vieilli est considéré par les experts et les novices comme le summum des expériences vinicoles, mais la rareté même de ces bouteilles fait que la plupart des gens n’ont jamais l’occasion de goûter à des bouteilles de Bordeaux, de Bourgogne ou de Barolo vieilles de plusieurs décennies. Le baseball aussi est obsédé par les choses anciennes : ESPN a récemment publié sa liste des 100 meilleurs joueurs de MLB de tous les temps, qui ne comprend que sept joueurs actifs, dont deux seulement (Bryce Harper et Mike Trout) peuvent raisonnablement être considérés comme étant dans la force de l’âge. À titre de comparaison, la NBA a annoncé plus tôt cette année l’équipe de son 75e anniversaire, qui compte 11 joueurs actifs sur les 75 sélectionnés, dont six ont été nommés parmi les 15 meilleurs joueurs de la ligue pour la saison 2021.

Plus précisément, un seul des dix premiers joueurs de la liste d’ESPN – Barry Bonds – a participé à un match depuis 1976, soit des années avant la naissance du millénaire le plus âgé. Les amateurs de vin adorent également chanter les louanges de millésimes vieux de plusieurs décennies ou siècles, dont il ne reste presque plus de vins, et ceux qui existent ont autant de chances d’être des pièces de musée que d’être agréables à boire. Cette obsession du vieux vin est rebutante à plusieurs égards : Elle contribue à l’idée que le vin n’est destiné qu’aux riches, et elle aliène les nombreux buveurs de vin qui préfèrent sincèrement les saveurs et l’expérience d’un vin plus jeune. C’est un peu comme si certaines personnes du monde du baseball – entraîneurs, diffuseurs et même certains joueurs plus âgés – voyaient d’un mauvais œil les jeunes joueurs qui manifestent leur joie et leur émotion pour le jeu en faisant claquer leur batte lorsqu’ils frappent un home run ou en célébrant un grand jeu.

Ce qui est triste, tant pour le vin que pour le baseball, c’est qu’il n’est pas nécessaire qu’il en soit ainsi. « Je ne pense pas qu’il faille en savoir beaucoup sur le baseball pour regarder Shohei Ohtani lancer ou frapper », explique David Roth, cofondateur du site de sport et de culture en ligne Defector. « Vous n’avez pas besoin de comprendre les subtilités de la façon dont (le lanceur des New York Mets) Jacob DeGrom a modifié son point de relâchement, ou d’être capable d’identifier la différence entre un slider et une balle rapide. Vous pouvez simplement voir que la balle bouge et que des choses cool se produisent et en tirer quelque chose. » Le vin, lui aussi, pourrait adopter davantage cette approche et, pour être juste, certains petits segments de l’industrie s’y essaient. Il est presque tragiquement comique que le baseball et le vin n’aient jamais été aussi bons, et pourtant, ces deux industries échouent indéniablement à se connecter à la nouvelle génération de fans d’une manière qui garantira leur santé à long terme.

Cet article a été rédigé par Zach Geballe et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.