Menu Fermer

Une histoire revigorante des vins toniques

Vous vous sentez léthargique et avez besoin d’un remontant ? Il existe un type de vin pour cela. Ou, du moins, il y en avait un. Dans le monde anglophone, il existe une longue tradition de vins toniques destinés à donner un petit coup de fouet aux buveurs. Ces vins dits « toniques » prétendaient offrir des avantages pour la santé et rajeunir les buveurs, soit grâce à des ingrédients spéciaux ajoutés, soit grâce aux propriétés naturelles des raisins résultant de leur terroir. Ces vins ont été populaires en Grande-Bretagne jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle, époque à laquelle leurs allégations médicales n’ont plus résisté à l’examen.

Les gens prescrivent et utilisent les vins comme médicaments depuis des milliers d’années, mais avec les progrès des méthodes scientifiques aux 18e et 19e siècles, les médecins et les négociants en vins sont devenus plus précis dans la description de leurs produits respectifs. Par exemple, dans les années 1860, un médecin britannique du nom de Robert Druitt a publié un livre dans lequel il prescrivait des vins particuliers pour différentes affections. Il pensait que les vins légers Bordeaux Les vins étaient particulièrement bons « pour les enfants, pour les gens de lettres, et pour tous ceux dont les occupations se déroulent principalement à l’intérieur, et qui sollicitent le cerveau plus que les muscles ». On peut dire que les employés de bureau et les écrivains indépendants d’aujourd’hui seraient probablement d’accord avec lui.

Le vin, votre multivitamine quotidienne

Bien avant que les scientifiques ne remarquent que le vin rouge propriétés hypocholestérolémiantes potentiellesAu XVIIIe siècle, la marine britannique approvisionnait ses navires en vin rouge pour les longs voyages, car elle pensait que les fruits et les légumes empêchaient le scorbut. Nous comprenons maintenant que vitamine C prévient le scorbut, mais le vin rouge ne conserve pas la vitamine C que l’on trouve dans le raisin frais.

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

De même, des années 1920 aux années 1950, l’un des principaux importateurs de vin australien en Grande-Bretagne faisait la publicité de son vin rouge comme étant un « tonique naturel » parce que ses raisins étaient cultivés dans un « sol ferrugineux ». Rien ne prouve qu’un sol riche en fer donne un vin riche en fer, mais la découverte des vitamines et la popularisation de la science de la nutrition dans les années 1920 en ont fait un angle publicitaire à la mode. Dans les années 1950, certains importateurs de vin se sont inquiétés du fait que cette stratégie publicitaire s’était retournée contre eux et que les vins australiens étaient associés en Grande-Bretagne à des vieilles dames anémiques.

In the English-speaking world, there’s a long tradition of plugging “tonic wines” to give drinkers a little boost.Crédit : Publicité pour le vin Hall’s, Illustrated London News, 19 janvier 1901.

Pas une option végétarienne

Il y a le mariage du vin rouge et de la viande, et il y a le dopage du vin rouge avec la viande. Au XIXe et au début du XXe siècle, en Grande-Bretagne, les « vins de viande » – généralement des portos rubis fortifiés avec de la viande, de la levure et des extraits de malt – étaient annoncés pour les adultes et les enfants convalescents. L’analyse par le Revue médicale britannique a constaté que la plupart des vins de viande avaient un taux d’alcoolémie d’environ 20 %. Une dose typique était de trois petits verres par jour pour les adultes et la moitié pour les enfants. Les vins de viande n’étaient pas produits dans de véritables vignobles, mais par des fabricants de condiments britanniques qui importaient des vins pour les utiliser comme base de leurs concoctions. Parmi ces fabricants, citons Colman’s de Norwich, célèbre pour sa moutarde anglaise forte, et Bovril, qui vendait un extrait de viande éponyme destiné à la préparation de bouillons reconstituants. Étonnamment, il n’existe aucune preuve que l’industrie australienne ait jamais produit un vin tonique en mariant ses vins rouges puissants avec sa chère Vegemite, ce qui était sûrement une occasion manquée de créer un marché végétalien pour des vins toniques avec plus d’umami.

Blâmez-le sur le Bucky

Bien avant l’Espresso Martini, et plus simple que de mélanger un rhum et un coca, vins de coca étaient un autre tonique du 19ème siècle qui visait à offrir un stimulant immédiat et puissant. Fabriqués à partir de vin rouge fortifié et d’extrait de feuille de coca, ces vins offraient de l’alcool, de la caféine et de la cocaïne dans une seule et même gorgée sucrée. Le vin de coca est tombé en désuétude au XXe siècle, les consommateurs s’inquiétant des effets de la cocaïne, mais son héritage est toujours présent dans le Coca-Cola, qui contient de la caféine provenant de la feuille de coca, sans cocaïne.

La plupart de ces vins toniques ont cessé d’être produits au milieu du XXe siècle, la science de la nutrition et l’étiquetage des aliments ayant rattrapé les allégations fallacieuses des producteurs de vin tonique. Cependant, un vin tonique improbable reste populaire en Grande-Bretagne : Déjeuner. Créé par de véritables moines bénédictins dans une abbaye du sud-ouest de l’Angleterre dans les années 1880, le Buckfast est un vin rouge fortifié additionné de caféine (et d’une liste secrète d’autres arômes). Au départ, il s’agissait d’une petite production artisanale, mais il se vend aujourd’hui à plus d’un million d’euros. 60 millions de dollars par an et est particulièrement populaire en Écosse et en Irlande. Le Buckfast Tonic Wine porte désormais un avertissement indiquant qu’il n’offre aucun avantage pour la santé, et sa perception populaire est tout le contraire de saine. Relativement bon marché, chargé de caféine et au goût sirupeux, ce vin s’est révélé être une combinaison attrayante pour les adolescents en quête d’ennuis. En fait, le Buckfast a été associé à tant de choses qu’il est difficile d’imaginer. comportement antisocial et violence. La bouteille vide a été réutilisée comme arme, et « blâmer le Bucky » est une excuse courante lors des arrestations en Écosse.

C’est une trajectoire inhabituelle pour une boisson, des patients anémiques aux punk rockers, mais il est juste de supposer que peu de gens buvaient des vins toniques uniquement parce qu’ils en appréciaient le goût. Les vins toniques ont été vendus dans les pharmacies britanniques jusque dans les années 1950 parce qu’ils étaient considérés comme médicinaux – et non parce qu’ils avaient un goût de sirop pour la toux, même si c’était probablement le cas. Ils sont difficiles à trouver aujourd’hui, mais ce n’est probablement pas une grande perte pour le buveur moderne. Il y a des choses qu’il vaut mieux laisser à l’histoire.

Cet article a été rédigé par Jennifer Regan-Lefebvre et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.