Menu Fermer

5 vignobles qui ouvrent une nouvelle ère pour le vin canadien

D’un bout à l’autre du Canada, l’industrie du vin est en plein essor. En l’espace de quatre ans, le nombre de vignobles au Canada a fait un bond de plus de 100 et continue de croître. Dans le Grand Nord blanc, les vignerons du monde entier ne suivent pas les règles conventionnelles. Les vins peu interventionnistes faits de ferments sauvages et de raisins biologiques sont en plein essor, tandis que des vinificateurs compétents créent des produits de classe mondiale dans le terroir extrême du Canada.

Vu de l’extérieur, il peut sembler que l’industrie vinicole canadienne se compose de vin de glace et de pas grand-chose d’autre. Mais en fait, le marché canadien a soif de vins locaux – et jusqu’à présent, c’est là qu’ils sont restés. Mais, à mesure que des producteurs ambitieux gravissent les échelons, leurs vins gagnent en admiration et la communauté internationale en prend note, avec exportations de vin canadien d’une valeur de 20,3 millions de dollars en 2020.

Il existe une foule de producteurs prometteurs dont le style unique et les techniques innovantes prouvent que le Canada devrait figurer sur le radar de tous les amateurs de vin. Dans cette jeune région, les vignerons n’ont pas à suivre les règles et les traditions du passé ; ils sont au contraire libres de créer les leurs. De la côte ouest à l’est, voici les vignerons qui transforment le vin canadien en un produit unique. Canada en une région viticole à surveiller.

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

Canada’s West Coast is where Averill Creek Vineyard calls home.Crédit : Averill Creek Vineyard

Vins de l’île

La côte ouest du Canada est l’endroit où Vignoble d’Averill Creek est chez lui. Situés dans la vallée de Cowichan, sur l’île de Vancouver, les vignobles du domaine se trouvent sur la pente modérée, orientée sud-est, du mont Prevost, à 13 km du littoral.

Brent Rowland, le vigneron à la tête d’Averill Creek, a commencé sa carrière comme jeune sommelier, puis est parti en Australie pour étudier l’œnologie et la viticulture à l’université d’Adélaïde. Par la suite, il a travaillé dans des domaines viticoles australiens renommés. Par Farr et Boîte Alpha et dés. Il a enchaîné avec des récoltes à Escarpement en Nouvelle-Zélande et Calera en Californie, parmi beaucoup d’autres. « Au cours de mes voyages, j’ai constaté que les vins les plus intéressants étaient ceux avec lesquels on jouait le moins », dit-il.

Les vignobles d’Averill Creek sont situés dans des latitudes de climat frais, créant un environnement de culture distinct dans lequel les vignobles bénéficient de longues heures de jour, même lorsque les températures chutent de manière significative en automne. Cela permet aux raisins de rester sur la vigne pendant une période prolongée sans que le sucre ne monte en flèche et que l’acide ne chute. Dans cet environnement, les raisins peuvent atteindre une maturité phénolique complète avec un développement complexe des saveurs.

Recueillant les conseils de ses « mentors liquides » – qui lui ont appris à adapter l’éthique classique de la vinification à une région spécifique – Rowland crée des vins qui sont une expression claire du site et du millésime en utilisant une approche non interventionniste. La fermentation en grappes entières crée des vins parfumés, équilibrés et élégants. Pinots Noirs, et les blancs de texture sont mis en valeur par le vieillissement sur lies. Le « Somenos » 2018 d’Averill Creek Pinot Gris fait partie des itérations les plus complexes et les plus fines du Canada.

The vineyards of the Okanagan Falls frame Lake Skaha in the South Okanagan. This picturesque backdrop is home to the serene family winery Echo Bay.Crédit : Echo Bay Vineyard

Le cœur de l’Okanagan

Les vignobles des chutes de l’Okanagan encadrent le lac Skaha dans l’Okanagan Sud. C’est dans ce décor pittoresque que se trouve l’établissement viticole familial serein. Baie de l'écho. Les vignobles, plantés en 2013, sont assis sur des pentes raides menant dans une vallée vers le lac. La végétation environnante est luxuriante et verte, complétée par des arbres centenaires.

En tant que viticultrice de première génération, Kelsey Rufiange prend la tête de l’exploitation viticole familiale. Après avoir obtenu un diplôme en géographie humaine, elle s’est rendue en Nouvelle-Zélande pour étudier l’œnologie et la viticulture à l’Université Lincoln. Elle a ensuite travaillé sur des récoltes en Nouvelle-Zélande, en Australie et aux États-Unis avant de rentrer en Colombie-Britannique.

« L’Okanagan peut ressembler un peu à l’Ouest sauvage en ce qui concerne la culture du raisin « , dit M. Rufiange, car la vaste gamme de microclimats de la région permet d’expérimenter davantage avec différents cépages et styles de vin. Le raisin rouge le plus planté en Colombie-Britannique est le Merlotqui comptes ne représente que 14 % de la superficie totale de la région. Comparez cela à la Willamette Valley, où le Pinot Noir est le cépage le plus planté. comptes pour 64 % de la superficie totale du vignoble.

Pour Echo Bay, Rufiange élabore un assemblage de style bordelais plus classique à partir des fruits du domaine. Elle produit également plusieurs vins naturels sous son label expérimental, Autres Vinsqui se vendent en quelques minutes. Ici, vous trouverez du punch Pét-Natsdes vins de contact intriguant la peau, et piquésTous ces vins sont conçus pour repousser les limites et les attentes. Une petite sélection des vins d’Echo Bay est actuellement disponible aux États-Unis, et les vins Else se retrouveront sur les étagères des magasins de bouteilles américains au cours de l’été 2022.

The urban backdrop of bustling Toronto is home to Paradise Grapevine — a hybrid business of wine bar, bottle shop, import agency, and wine producer.Crédit : Paradise Grapevine / Instagram

Vignobles urbains

La toile de fond urbaine de l’effervescence de Toronto abrite Paradis de la vigne – un commerce hybride de bar à vin, de magasin de bouteilles, d’agence d’importation et de producteur de vin. Le bar est situé dans ce qui était autrefois le restaurant grec Menalon. L’enseigne Menalon se trouve toujours devant et au centre de l’entrée, rendant ainsi hommage à son héritage de plusieurs décennies. À l’intérieur, un bar faiblement éclairé est illuminé par des néons.

Christian Davis et Dave Everitt sont les deux personnes qui se cachent derrière Paradise Grapevine. Auparavant, Everitt avait travaillé en tant que brasseur de bière et Davis dans le domaine du service. Pour les anciens professionnels de la bière, le vin a toujours été une curiosité. « Nous partions en voyage aux États-Unis, en Europe ou ailleurs et nous ramenions des bouteilles pour les essayer et les partager entre nous et avec d’autres amis », raconte M. Davis. Cet intérêt s’est transformé en une passion et, bientôt, en une carrière, ce qui les a conduits à ouvrir leur bar à vin en 2018 et à sortir le premier millésime des vins Paradise Grapevine en 2019.

Ils s’approvisionnent en raisins auprès des agriculteurs de la région du Niagara, en Ontario, et élaborent leurs vins dans une installation commune à Creemore, à environ 75 miles de Toronto. Leurs vins naturels éclatants sont aussi brillants que les lumières roses et bleues de leur bar.

Bélanger owns Montreal wine bar Pullman Bar à Vin, while Simon, after long working in hospitality and importing, now owns wine label Pinard et Filles.Crédit : Pinard et Filles / Facebook

Les limites extrêmes de la viticulture

La perception de l’industrie vinicole du Québec est depuis longtemps liée à vin de glaceJusqu’à présent, la région a produit des vins de qualité, des raisins hybrides et des vins de fruits. Aujourd’hui, la région produit des vins recherchés par des producteurs innovants.

Frédérick Simon est l’un de ces vignerons. Avec sa femme Catherine Bélanger, il travaille dans l’industrie du vin depuis la fin des années 1990. Mme Bélanger est propriétaire du bar à vin de Montréal Pullman Bar à VinSimon, après avoir longtemps travaillé dans le secteur de l’hôtellerie et de l’importation, possède désormais une étiquette de vin. Pinard et filles.

Dans les conditions extrêmes du Québec, Simon produit 16 cuvées provenant de deux sites dans les cantons de l’est de la ville. « La saison de croissance est courte et maussade, et il n’y a pas deux millésimes identiques au cours de la dernière décennie », explique-t-il. Dans un climat aussi marginal, il y a une réelle possibilité que les raisins ne mûrissent pas. Les vignobles ici nécessitent une planification minutieuse avec des variétés spécifiques à maturation précoce qui sont plantées à la bonne vue. Simon travaille à la fois avec des vignes de Vitis vinifera et de raisins hybrides – ces derniers nécessitant une approche différente de la vinification.

Ce climat frais produit des raisins aux peaux et aux pépins plus mûrs et plus épais, ce qui donne des vins plus concentrés. « Plus long contact avec la peau est nécessaire, et les vins sont moins sensibles à oxydationmême sans ajout de SO2″, dit Simon. Mis ensemble, ces éléments produisent le style de vins naturels électriques pour lequel Pinard et Filles s’est fait connaître, et montrent ce qui est possible dans un climat précaire comme celui du Québec. Un plus ? Ces produits sont largement disponibles aux États-Unis par l’intermédiaire de Sélections de Zev Rovine.

Benjamin Bridge wines — grown in the Annapolis Valley, near the Bay of Fundy — are reflective of the nurtured ecosystem they come from.Crédit : Benjamin Bridge / Instagram

Vins mousseux légendaires

Dans l’extrême est du Canada, le climat frais de l’établissement vinicole Benjamin Bridge est le reflet de celui de la région de l’Atlantique. Champagne. Pourtant, contrairement à la Champagne, ses vins présentent une salinité précise qui exprime véritablement son climat côtier.

Pont Benjamin cultivés dans la vallée de l’Annapolis, près de la baie de Fundy, sont le reflet de l’écosystème nourricier dont ils sont issus. Avec son équipe, le vinificateur en chef Jean-Benoit Deslauriers a toujours eu pour priorité de créer un vignoble résilient grâce à la biodiversité. Avec une succession plus récente de millésimes plus chauds dus au changement climatique, les vins ont évolué avec leur environnement. Lorsque Benjamin Bridge a commencé il y a vingt ans, le Vins mousseux avaient une tension juvénile. Aujourd’hui, grâce à un climat plus chaud et à une date de cueillette plus tardive, les bulles ont plus de richesse et de texture. Outre les vins mousseux, le domaine produit des vins blancs d’une grande finesse, des vins aromatiques et des vins de garde. Pét-Natset même une boisson non alcoolisée piquette.

Cet article a été rédigé par Kate Burns et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.