Menu Fermer

La première imprimante moléculaire de boissons au monde lève 30 millions de dollars pour produire une « quantité infinie de boissons ».

Si vous pensiez que les entreprises de boissons libérant NFT était l’étendue des « boissons du futur », accrochez-vous à votre chapeau.

Après quatre ans de travail sur le prototype, Technologie Cana a obtenu un financement pour mettre sur le marché son « imprimante moléculaire de boissons », après un investissement de 30 millions de dollars de la part de la société de capital-risque, Le conseil de production (TBP).

Cana et TBP mettent tous deux l’accent sur les avantages environnementaux de l’imprimante, en affirmant qu’elle résoudra de nombreux problèmes liés à l’environnement. les inconvénients de l’industrie des boissonsnotamment en s’appuyant sur l’agriculture industrialisée, le gaspillage de l’eau et des matériaux, et transport excessif.

« Chez Cana, nous construisons la première imprimante moléculaire de boissons au monde afin d’amener l’allée des boissons sur votre comptoir », explique son directeur général. site web. « Et non, ce n’est pas une autre machine à dosettes. N’importe quelle boisson, n’importe quand, une plus grande commodité et, surtout, un impact environnemental considérablement réduit. » Selon Bharat VasanSelon le président et directeur de l’exploitation de TBP, l’imprimante à boissons de Cana « ressemble au Netflix des expériences en matière de boissons ».

L’objectif de l' »imprimante moléculaire de boissons » est de synthétiser des boissons, en se basant sur le fait que toutes les boissons sont presque entièrement composées d’eau. Des cartouches remplies de composés aromatiques seraient insérées dans l’appareil de la taille d’un grille-pain, puis dispersées dans l’eau à l’aide d’une « nouvelle technologie microfluidique de distribution de liquide ». Grâce à ce mécanisme, le créateur Dave Friedberg affirme que les utilisateurs « peuvent préparer une quantité presque infinie de boissons ».

« Nous savons que nous pouvons imprimer un nombre infini de boissons à partir de quelques composés aromatiques de base. Nous savons que nous pouvons le faire pour de nombreuses catégories de boissons existantes – jus, sodas, eau de seltz duredes cocktails, du vin, du thé, du café et de la bière », a déclaré Friedberg à l’AFP. La cuillère. « Les panels de tests de goût des consommateurs évaluent nos boissons imprimées à des niveaux de goût identiques ou supérieurs à ceux des alternatives disponibles dans le commerce. La conception de notre matériel permet d’imprimer les boissons rapidement et avec précision. Notre prix et l’encombrement de notre matériel peuvent générer des économies et des avantages significatifs pour la plupart des ménages. »

Si leurs panels de dégustation leur ont donné un regain de confiance, Cana doit encore gagner le soutien des consommateurs. Historiquement, machines à faire des cocktails n’ont pas décollé – pas plus tard que le mois dernier, la collaboration entre Keurig et Anheuser-Busch, Usine de boissons, les opérations pliées et arrêtées. Le prix du modèle sera dévoilé en février, ainsi qu’une estimation de sa date de commercialisation.

Cet article a été rédigé par Julia Larson et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.