Menu Fermer

Guide des bouchons alternatifs pour le vin par un amateur de liège

Si les autres types de bouchons ne sont pas nouveaux dans le monde du vin (les bouchons à vis et les bouchons composites sont devenus des incontournables du secteur), il existe une myriade de nouveaux types de bouchons qui ont fait leur apparition ces derniers temps.

Oui, il y a quelque chose d’incroyable avec un bouchon de liège : Le bruit du bouchon. L’odeur. Son caractère intemporel. Mais certains viticulteurs ont pris la décision d’abandonner le bouchon que nous connaissons et aimons tous pour diverses raisons. Pour certains, il s’agit de se différencier sur le marché. Pour d’autres, il s’agit d’une demande de la chaîne d’approvisionnement. Et pour un autre groupe encore, c’est un moyen d’être un peu plus durable. Mais quelle que soit la manière dont vous les découpez, ces substituts de bouchon ont pour but d’améliorer l’art de la vinification – et de la consommation de vin.

Pays alternatif

Britt Richards, viticulteur pour Tête haute à Sonoma, en Californie, explique que la marque utilise désormais des capsules à vis pour des raisons de commodité – une décision judicieuse, les cocktails et les vins en boîte étant toujours très prisés sur le marché. Les capsules à vis rendent le vin portable et refermable, ce qui permet de déguster les bouteilles au cours de quelques jours plutôt qu’en une seule fois. Elle fait également remarquer que les bouchons à vis contribuent à limiter les risques d’altération du vin.

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

En fait, selon Steve Cass, de la société Paso Robles, en Californie. Caveau de CassLes bouchons à vis d’aujourd’hui sont des boîtiers techniques avancés qui doivent être traités comme tels. « Comme 5 % des bouteilles ne sont pas bouchées, le vin est globalement meilleur », dit-il.

Aujourd’hui, cependant, les bouchons alternatifs ne se limitent plus aux composites et aux capsules à vis, mais incluent également la canne à sucre, le verre et d’autres types de composites intéressants et plus rares qui semblent présenter une belle histoire avant même que le premier verre ne soit versé.

RhonéaLe domaine viticole de l’appellation Côtes du Rhône, en France, complète son utilisation du liège par divers types de bouchons synthétiques, notamment pour des raisons environnementales.

« Outre les bouchons naturels, nous utilisons des bouchons synthétiques – Nomacorc Smart Green ou Select Green à base de canne à sucre – et des capsules à vis. Les Nomacorc sont 100 % recyclables, et les capsules à vis sont de plus en plus appréciées sur les marchés d’exportation », explique Valérie Vincent, responsable de la communication de la cave.

Vincent note que la durabilité et la qualité ont joué un rôle dans le choix de la marque de vin de se lancer dans les bouchons alternatifs, expliquant que les producteurs de liège ont développé de nouvelles solutions qui prennent en compte l’environnement et la durabilité. « C’est pourquoi nous sommes désormais heureux d’utiliser des bouchons alternatifs tels que Nomacorc. Ils offrent de bonnes qualités tout en étant plus responsables », dit-elle.

Si certains vignerons changent leurs préférences pour des raisons de durabilité, n’oublions pas que le liège est une ressource durable. Pour le produire, l’écorce d’un arbre est tondue comme un mouton et se régénère ensuite. Mais pour certains, il ne s’agit pas seulement du facteur de durabilité, mais de la qualité du produit lui-même. Alors que seulement environ 5 pour cent des bouteilles bouchées sont affectées par le goût de bouchon, certains vignerons estiment que c’est déjà plus que suffisant.

Jean-Frédéric Bistagne, vigneron et propriétaire de l’entreprise Domaine des Maravilhas, est l’un de ces professionnels. Depuis 2018, il utilise uniquement les bouchons ArdeaSeal, qui sont fabriqués à partir de bioplastique dérivé de sources telles que l’amidon de maïs, la canne à sucre, la betterave à sucre, la cellulose et les huiles végétales.  » J’avais trop de problèmes de goût de TCA du liège, de fuites de liège, de bouchons secs et de goût des vins présentant une variance plus élevée en raison du matériau du liège lui-même « , explique-t-il.

Le passage à ce style de bouchon a représenté un investissement important, qui l’a obligé à changer son équipement d’embouteillage, car le bouchon n’est pas symétrique et, au lieu d’être pressé, il est poussé dans la bouteille et se dilate pour assurer une bonne étanchéité. Cependant, il affirme que le coût en valait la peine. Son produit final est plus homogène, et il a rentabilisé son investissement par la baisse des pertes de vin. « J’ai amélioré la structure des coûts de mes vins, car je n’ai pas de goût de bouchon et je ne dois pas envoyer de bouteilles de remplacement », dit-il.

ArdeaSeal closures are made from bioplastic derived from sources such as corn starch, sugar cane, sugar beet, cellulose, and vegetable oils.

Confiance des consommateurs

Liz Martinez, sommelière et directrice du service des boissons de l’établissement de Birmingham, Michigan. Hôtel DaxtonSelon l’expert, si le liège a fait des progrès considérables en termes de qualité, les autres types de bouchons ont aujourd’hui leur place sur les étagères à vin, en particulier pour les vins qui ne nécessitent pas ou peu de temps de vieillissement.

« Je suis prompte à défendre [les fermetures alternatives], surtout pour un vin plus jeune destiné à être bu rapidement », dit-elle. « Il y a beaucoup de vins frais et faciles à boire qui peuvent être consommés à un âge précoce ».

Selon Mme Martinez, le verre est une alternative qui n’est pas suffisamment mise en avant pour le moment. « Peu de gens en ont vu et sont agréablement surpris par la présentation élégante de ces bouchons réutilisables », dit-elle. « C’est une alternative coûteuse, mais amusante et fantaisiste ».

Ferdy Mucerino, sommelier résident chez le détaillant de vin en ligne BOISSONSLes consommateurs qui achètent du vin pour le boire à la maison ne sont pas nécessairement aussi découragés par les autres types de bouchons qu’ils l’étaient auparavant, car la perception des consommateurs de vin a évolué. Mais lorsque vous faites vos achats, demandez-vous si le bouchon de la bouteille correspond au style de vin que vous achetez. « Si vous voyez un vin destiné à vieillir et que vous remarquez qu’il est coiffé d’un bouchon ou d’une capsule, soyez un peu méfiant et demandez à votre sommelier ou à votre vendeur ce qu’il en est », dit-il.

Mais, selon Mme Vincent, dans le monde entier, tous les consommateurs ne sont pas aussi prêts à se débarrasser de leurs bouchons. Elle explique que si les bouchons alternatifs ont été acceptés en Amérique du Nord et en Australie, quelques pays restent les plus grands fans du liège. « Il n’y a pas eu de problèmes majeurs avec les marchés d’exportation, sauf ceux qui ont une approche plus traditionnelle, comme l’Asie », dit-elle, notant que les Français, eux aussi, restent attachés aux bouchons naturels. « Les bouchons synthétiques sont maintenant bien acceptés pour certains blancs, des rosesMais les capsules à vis sont encore considérées comme une mauvaise qualité pour les vins, alors que leurs qualités de conservation sont très bonnes », dit-elle.

Explosion des saveurs

Mais qu’en est-il des vins qui doivent vieillir ? Un autre type de fermeture tiendra-t-il aussi bien qu’un bouchon, voire mieux ? Cela aura-t-il un impact sur la saveur du vin, au détriment de la beauté de la bouteille ?

Bistagne dit qu’il n’a pas vu d’impact sur la saveur de ses vins mais n’est pas trop sûr qu’il y ait un changement notable dans l’ensemble. « Pour moi, depuis que j’ai changé, je n’ai pas vu de changement dans le profil général de mes vins par rapport au millésime précédent que je fermais avec des bouchons naturels », dit-il, concédant que certains de ses collègues ont remarqué des changements et utilisent donc des bouchons différents pour différents styles de vins.

M. Cass est partisan d’une solution alternative pour le vieillissement des vins. Le liège étant un organisme vivant, certains facteurs peuvent avoir un impact sur la saveur du vin, le rendant inconstant d’une année sur l’autre ou, dans certains cas, même imbuvable. « Des études ont montré que les vins vieillissent mieux [avec des bouchons alternatifs]. Le liège étant un produit naturel, la quantité d’oxygène qui pénètre dans une bouteille vieillissante n’est pas constante. Cela peut entraîner un mauvais vieillissement de certaines bouteilles », explique-t-il.

Selon Sterling Kragten, viticulteur de Cass Winery, les vins à bouchon à vis ne sont pas toujours destinés à être bus jeunes et peuvent encore être vieillis. Ces fermetures permettent simplement une plus grande uniformité dans le vieillissement et la mise en cave des vins. Les vins dignes d’être conservés en cave et munis d’un bouchon à vis présentent l’avantage supplémentaire de réduire considérablement l’oxydation et, par conséquent, de limiter les variations et la détérioration des bouteilles.

Mais, comme beaucoup de ces bouchons alternatifs laissent passer beaucoup moins d’oxygène que ceux en liège, ils peuvent bénéficier d’un passage en carafe. « Depuis que nous utilisons l’ArdeaSeal, je pense que c’est encore plus important, car en raison de la fermeture presque parfaite, les vins doivent être aérés pour les « ouvrir » », explique M. Bistagne. « Bien sûr, dans un restaurant, il n’est pas possible d’ouvrir une bouteille aussi tôt, mais les sommeliers ont les techniques pour préparer un vin à déguster en peu de temps », ajoute-t-il.

Nomacorc is a sustainable alternative to corkCrédit : Vinventions

Faites sauter le bouchon

Pourtant, le liège reste l’un des symboles les plus universels du monde du vin. En fait, il est toujours le plus fermeture largement utilisée. Entre 2010 et 2020, les ventes en caisses de vins bouchés au liège parmi les 100 premières marques haut de gamme ont augmenté de 97 %, contre à peine 6 % pour les autres types de bouchons, selon une étude de la Commission européenne. Enquête Nielsen fait pour APCOR.

La perception des consommateurs est l’une des raisons pour lesquelles le liège peut encore être roi. Les siroteurs continuent de percevoir le liège comme un matériau d’emballage haut de gamme. Mais, explique M. Martinez, les bouchons alternatifs ont tendance à piquer l’intérêt des convives au lieu de les détourner d’une bouteille. « Je ne dirais pas qu’un client se moque ou renvoie une bouteille parce qu’elle a un bouchon Stelvin ou un bouchon composite. En revanche, c’est presque toujours un sujet de conversation », dit-elle.

Mais M. Mucerino fait remarquer que, même si les bouchons alternatifs ont leur place, il y a quelque chose dans le fait de faire sauter un bouchon de liège qui apporte un air de sophistication à la table. « J’aime le bruit que fait le bouchon, sa texture et son odeur, surtout lorsqu’il provient d’une très vieille bouteille », dit-il. « Cela dit, j’aime aussi le côté pratique et la pureté des vins avec des bouchons à vis et des synthétiques. »

Dans l’ensemble, tant les viticulteurs que les sommeliers estiment qu’il y a de la place sur le marché pour tous les types de bouchons, tant que le vin reste toujours délicieux. « Il ne faut pas opposer les différents types de fermeture, mais les considérer comme complémentaires. Chacun d’entre eux présente des avantages et des limites », déclare Vincent.

Cet article a été rédigé par Emily Cappiello et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.