Menu Fermer

7 moments qui ont défini l’industrie des boissons en 2021

Lorsque les historiens se pencheront sur 2021, ils pourront considérer qu’une poignée d’événements marquants ont défini l’année. L’investiture du 46e président des États-Unis, par exemple ; le retrait du pays de l’Afghanistan après deux décennies d’occupation ; le blocage de l’un des plus grands porte-conteneurs du monde dans le canal de Suez, qui a fait connaître à tous l’expression « chaîne d’approvisionnement » ; ou encore l’échec de la lutte contre la crise climatique mondiale.

Pour ceux qui se concentrent uniquement sur le monde des boissons, sept événements sismiques similaires se sont distingués cette année. De la reconnaissance très médiatisée des agressions sexuelles dans le secteur de la bière et du vin à la réticence persistante et obstinée de l’eau de seltz dure à mourir, voici les moments qui ont défini l’industrie des boissons en 2021.

La bière artisanale face au sexisme et aux agressions généralisés

One important story from 2021 was Craft Beer Reckons With Widespread Sexism and Assault

Quoi a commencé alors qu’une demande de témoignages de sexisme a fini par ébranler l’industrie brassicole artisanale américaine. Début mai, après avoir été confrontée à deux incidents distincts de commentaires sexistes en une seule journée, Brienne Allan, brasseuse et directrice de production basée dans le Massachusetts, a lancé un appel sur Instagram demandant de partager des expériences. Les réponses ont envahi sa boîte de réception, allant de récits de commentaires offensants et de microagressions à des récits d’abus physiques et de violence. Les accusations, qu’Allan a continué à partager 24 heures sur 24, impliquaient certains des brasseurs et brasseries les plus respectés de la nation.

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

Bien qu’il s’agisse de l’incident le plus médiatisé de l’année, cette affaire n’est pas isolée. Au début du mois de mars, la branche américaine de la société écossaise BrewDog a fait la une des journaux après que quatre employés de la brasserie d’Indianapolis aient vu leur contrat résilié. Licenciés le jour de la Journée internationale de la femme, les anciens employés se sont tous identifiés comme membres de la communauté LGBTQ et ont affirmé qu’on leur avait dit que la décision s’inscrivait dans le cadre d’un « changement de culture » au sein de l’entreprise.

Un autre brasseur artisanal de renommée internationale s’est également retrouvé sous les feux de la rampe au cours du second semestre de l’année. Au cours de l’été, quatre anciens employés de Mikkeller, toutes des femmes, ont fait part à la Commission européenne de cas d’intimidation et de harcèlement dans divers établissements Mikkeller. La chasse aux bonnes bières. En octobre, près de 50 brasseries artisanales ont ensuite renoncé à participer au festival annuel Mikkeller Beer Celebration Copenhagen (MBCC), en réponse aux allégations et par solidarité avec les victimes.

La Cour des maîtres sommeliers échoue (une fois de plus) après une enquête pour agression sexuelle

One important moment from 2021 was The Court of Master Sommeliers (Again) Falls Short After Sexual Assault Investigation

L’industrie viticole américaine a dû faire face à sa propre inconduite sexuelle. compte à rebours en 2020, lorsque 21 femmes sommelières ont partagé des récits d’agression sexuelle et de manipulation par des membres masculins de la Court of Master Sommeliers Americas (CMS-A). Alors que beaucoup se demandaient si l’organisation pouvait à juste titre continuer, la CMS-A a annoncé une enquête indépendante et externe sur les incidents, ainsi que des changements de leadership, et une intention d’être plus transparente sur ses processus.

La communauté du vin, y compris les victimes des incidents, a dû attendre ce mois de novembre pour découvrir le résultat de l’enquête. À l’issue de celle-ci, le tribunal a expulsé six de ses membres, dont Fred Dame, cofondateur de la SMC-A qui a figuré en bonne place dans le populaire documentaire sur le vin « Somm ».

De nombreux acteurs du secteur ont été laissés sous le choc avec les résultats et les retombées de l’enquête. Le CMS-A n’est pas allé jusqu’à partager des conclusions spécifiques contre les coupables. Pendant ce temps, 16 autres membres sur les 22 qui faisaient l’objet d’une enquête n’ont reçu aucune sanction et leurs noms n’ont pas été rendus publics.

Le lobbying des magasins de spiritueux tue les cocktails à emporter à New York

One important moment from 2021 was Liquor Store Lobbying Kills Cocktails-to-Go in New YorkCrédit : Danielle Grinberg

Début mars 2020, alors que la pandémie s’installait aux États-Unis, New York est devenu l’un des premiers États à autoriser les cocktails à emporter, offrant ainsi une bouée de sauvetage vitale aux bars et restaurants. Au fur et à mesure que l’année avançait et que les habitants de l’État s’habituaient à déguster des Margs dans des tasses à café, il semblait qu’il s’agirait de l’un des points positifs à long terme (bien que très mince) de la pandémie. Ils étaient si populaires que personne n’imaginait un scénario dans lequel les cocktails à emporter ne seraient pas inscrits dans une loi permanente, comme c’était déjà le cas dans des États comme la Floride, la Géorgie et le Texas. Tout a changé au milieu de cette année.

Le 23 juin, le bureau d’Andrew Cuomo, alors gouverneur, a levé la déclaration d’état d’urgence à New York, rendant presque immédiatement caduques les dispositions temporaires telles que les cocktails à emporter. La nouvelle a été un double coup dur pour les propriétaires de bars et de restaurants : Non seulement ils étaient sur le point de perdre une source de revenus supplémentaire utile, mais deux semaines auparavant, on leur avait dit que cette disposition serait en place au moins jusqu’au week-end du 4 juillet. Après s’être approvisionnés pour répondre à la demande des fêtes, les bars et restaurants se sont retrouvés avec de vastes stocks de récipients à emporter inutiles.

On s’est vite rendu compte que les cocktails à emporter étaient morts à New York à cause de… lobbying intense de la part des puissantes associations de magasins d’alcool. Les propriétaires de bars et de restaurants et les législateurs favorables aux boissons à emporter ont affirmé sans équivoque que tout était une question d’argent. Pendant ce temps, les propriétaires de magasins d’alcool offrent des raisons bizarres et effrontées pour justifier leur opposition, comme « Nous ne pouvons pas vendre une salade de pommes de terre et une B.L.T. ». Malgré la colère des exploitants de restaurants à consommer sur place à l’époque, le véritable résultat de cette décision n’est peut-être pas encore perceptible, alors que l’année 2021 s’achève avec un énorme pic de cas de coronavirus et la menace d’une nouvelle fermeture des restaurants intérieurs.

L’eau de Seltz dure ne meurt pas

One important moment from 2021 was hard seltzer's refusal to die.Crédit : Danielle Grinberg

Compte tenu du nombre de titres proclamant la chute des ventes de seltzer dur et l’éclatement des bulles, il semblait que certains médias attendaient activement la mort de la catégorie. Ils devront cependant retenir leur souffle un peu plus longtemps, car les ventes de seltzer dur ont continué de croître en 2021 – à hauteur d’environ 800 millions de dollars – pour atteindre un total de 4,9 milliards de dollars à la fin novembre.

La plupart des titres décrivant le décès prématuré est arrivé en juillet, après un incident très médiatisé avec la société mère de Truly Hard Seltzer, Boston Beer. Des projections de ventes trop zélées au début de l’année ont conduit à des résultats trimestriels décevants pour la société cotée en bourse. Dès la publication des résultats, l’action de Boston a chuté de 26 %, réduisant sa valeur de 2,5 milliards de dollars en quelques jours. Tout compte fait, 2021 n’a pas été un désastre pour l’entreprise. Eau de Seltz Truly Hard. La famille de marques a entamé le mois de décembre avec une croissance des ventes en dollars de 38 % par rapport à l’année précédente.

On dirait qu’il se porte bien pour nous.

L’eau de seltz dure CACTI de Travis Scott est mémorable, mais de courte durée.

Travis Scott’s CACTI Hard Seltzer Has a Memorable, Short-lived Ride was one important moment in the industry from 2021Crédit : Ariela Basson

Travis Scott est devenu l’une des premières célébrités, et sans doute la plus connue, à entrer dans l’espace des seltz durs lorsqu’il a lancé CACTI avec AB-InBev en mars. L’eau de seltz à l’agave, inspirée de la tequila, a finalement connu une existence courte et turbulente.

Les premiers signes étaient positifs, puisque les stocks ont été vendus dans les jours qui ont suivi son lancement, selon AB-InBev. Mais les choses ont vite tourné au vinaigre. Le site revues Les consommateurs ont réagi en septembre, lorsqu’un recours collectif contre la marque a été déposé, affirmant que les consommateurs avaient été induits en erreur en pensant que l’eau de seltz utilisée pour la fabrication de l’eau de seltz était un produit de qualité. Tequila comme base. (En réalité, CACTI ne contenait aucun spiritueux distillé, et l’agave utilisé dans sa recette était purement destiné à sucrer et à parfumer).

À la fin de l’année, les ventes semblent déjà marquer le pas. Scott s’est également retrouvé à la une des journaux pour des raisons plus graves, après la mort de 10 personnes et des dizaines de blessés lors d’un concert auquel il participait à Houston. Qu’il y ait un lien ou non, Anheuser-Busch a mis fin à ses activités à la mi-décembre, en annonçant qu’il arrêtait toute production et tout développement de la marque CACTI.

Et juste comme ça… le Cosmopolitan et le Martini Espresso font leur retour.

One important moment from 2021 was The Cosmopolitan and Espresso Martini Making Comebacks

Les fans de « Sex and the City » ont dû attendre le mois de décembre pour profiter de la reprise de la série, mais ils ont au moins eu droit à un rebondissement digne de n’importe quel… Martini ou Démodé. Comme il se doit, le cocktail phare de l’émission avait déjà fait son entrée dans le monde de l’art. retour en force à ce stade, avec le Cosmopolite devenant une icône Instagram et recevant même un menu dédié dans l’un des bars les plus célèbres de New York d’ici l’été 2021. (On peut avancer que la véritable genèse du retour du Cosmo a eu lieu au début de l’année 2020, après l’émission Barefoot Contessa’s. tutoriel de cocktail pandémique infâme.) Une autre dose de nostalgie est arrivée avec le Martini Espressoqui est devenu l’un des le plus discuté les boissons de l’année.

Les partenariats et les sorties gadgets se poursuivent

One important trend from 2021 was Gimmicky Partnerships and Releases ContinuesCrédit : Ariela Basson

Les collaborations gadgets et inattendues associant des marques de boissons à des produits sans rapport entre eux se sont avérées être une méthode infaillible pour capter l’attention des médias avec peu d’efforts ou de risques (on peut le penser). Bien qu’il ne s’agisse pas strictement d’un développement de 2021, cette année a servi d’exemples parmi les plus extrêmes à ce jour.

Katz’s Deli et Hendrick’s gin ont fait équipe pour lancer des cornichons au gin en édition limitée en septembre. Le vin de moutarde de Grey Poupon a suivi au début du mois d’octobre. épuisé en un seul jour. En novembre, Arby’s a fait équipe avec Tattersall Distilling Co. de Minneapolis pour lancement pas une mais deux vodkas parfumées aux frites. Hidden Valley’s RanchNogle vin Oreo Thins de Barefoot – la liste des collaborations douteuses est longue. Bien qu’une mention honorable doive être attribuée à Cardi B, dont les Vodka-La marque Whip Shots est, comme elle le dit, « différente de tout autre spiritueux sur le marché » et est résolument dans la tendance pour la superstar.

Cet article a été rédigé par VinePair Staff et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.