Menu Fermer

Podcast VinePair : Le vin en boîte peut-il avoir de l’amour ?

Dans cet épisode du « VinePair Podcast », les animateurs Adam Teeter, Joanna Sciarrino et Zach Geballe discutent des emballages alternatifs pour le vin. Le vin en bag-in-box – un produit qui a inspiré un jeu de boisson depuis longtemps – et le vin en boîte peuvent-ils régner en maître sur les options en bouteille ?

Vin en boîte a souvent résisté aux préjugés, mais les tendances qui se dégagent de la pandémie suggèrent un changement. Pour conclure l’épisode, nos hôtes essaient Franzia le vin en boîte, la première marque de vin domestique d’Amérique.

Soyez à l’écoute pour en savoir plus sur les emballages et les produits alternatifs pour le vin.

Écouter en ligne

Écoutez sur Apple Podcasts

Ecoutez sur Spotify

Ou regardez la conversation ici

Adam Teeter : Du siège social de VinePair à New York, je suis Adam Teeter.

Joanna Sciarrino : Et je suis Joanna Sciarrino.

Zach Geballe : A Seattle, Washington, je suis Zach Geballe.

A : Et voici l’épisode du vendredi du « VinePair Podcast ».

Z : Adam, vous êtes prêt à commencer le week-end. Je peux le dire.

A : Je suis super prêt. Je suis juste comme, allons-y.

Z : Trois expressos. VinePair est prêt, les amis.

A : Il ne nous reste que deux semaines, non ? Deux semaines et demie, et on a fini. On ne va pas fermer le site ou quoi que ce soit. On va juste tous travailler à la maison, comme on l’a fait, mais en essayant de rendre ça un peu plus froid. Je suis prêt, mec. Vous savez comment l’année dernière, quand c’était la veille du Nouvel An et que nous pensions tous que Covid était terminé et que nous étions comme, « yay, 2020 est fait. » Et maintenant c’est 2021.

Z : Nous ne savions pas que…

A : Question, est-ce que quelqu’un regarde « The Great » ?

Z : Non, mais ma femme l’est.

J : Comment ça s’appelle ?

A : « The Great ». C’est un grand spectacle.

Z : Je ne comprends pas comment vous avez le temps de regarder des émissions de télévision. Je suppose que vous n’avez pas d’enfants.

A : Je veux dire, c’est cool, mec. Laisse-moi vivre ma vie. Désolé pour toi. Mais oui, c’est une super série. Je le recommande fortement. C’est sur Catherine la Grande. C’est très fictif, ça dit « une histoire quelque peu vraie ». C’est basé sur une pièce de théâtre. C’est vraiment bien. Je le recommande vivement.

Z : Est-ce qu’ils boivent beaucoup dans cette série ?

A : Oh, tout le temps. Il y a beaucoup de nourriture et de boissons.

J : Comme Brandy? Que boivent-ils ?

A : C’est étrange dans la mesure où, évidemment, ils essaient de se baser sur des faits historiques. Mais c’est aussi moderne dans la façon dont ils parlent de la nourriture et du vin.

J : Donc ils ont Griffe blanche?

R : Non, ils ne boivent pas de White Claw. Mais ils prennent des cocktails, du haut de gamme. Bourgogne, Champagne. Des choses comme ça.

Z : Ce champagne est vraiment fidèle à la réalité.

R : Il faut avoir beaucoup de champagne quand on est l’impératrice et l’empereur de Russie. Quoi qu’il en soit, nous parlons aujourd’hui d’emballage alternatif, pas de télévision. L’emballage alternatif est l’une des choses qui fait le plus de bruit depuis que nous avons commencé VinePair. Tout le monde se dit « l’emballage alternatif va être le futur et tout le monde va aimer l’emballage alternatif ». Il a toujours ce préjugé bizarre, qu’il soit dans une boîte, dans un sac ou dans une canette. Les gens pensent toujours que c’est bon marché, même si ça continue d’exploser. Donc je ne sais pas. Zach, quelle est ton opinion ? Est-ce que tu bois vin en boîte?

Z : Voilà où je ne pratique pas ce que je prêche. La réponse à cette question est non, mais plutôt parce que je possède déjà beaucoup de vin en bouteille.

A : Bien sûr, c’est pourquoi…

Z : En préparant cet épisode, j’ai beaucoup réfléchi à ce sujet, et j’ai une thèse centrale sur laquelle j’aimerais avoir votre avis à tous les deux. L’un des obstacles au conditionnement alternatif, en plus de ce que vous avez exprimé, est qu’il y a longtemps eu une obsession dans certains cercles avec cette idée que le vin est un liquide changeant. Le vin est variable, cette variation de la bouteille peut être ennuyeuse mais c’est aussi quelque chose que l’on apprécie dans le vin. Ces méthodes de conditionnement alternatives éliminent en grande partie ce problème. Vous obtenez quelque chose qui est scellé, généralement dans un emballage de type environnement sans oxygène pour le garder stable et le préserver. Par conséquent, il ne changera pas dans ce récipient, quelle que soit la période pendant laquelle nous le consommons. Je pense que cela explique pourquoi une certaine partie du public et des professionnels du vin s’y opposent. Mais cela explique aussi pourquoi il est si populaire, car il est incroyablement prévisible. Il nous est arrivé à tous d’ouvrir une bouteille de vin et de constater qu’elle n’avait pas le bon goût, qu’elle soit bouchée ou tournée, qu’elle n’était pas aussi bonne que dans nos souvenirs. Les emballages alternatifs présentent des avantages : ils sont plus légers, plus faciles à manipuler et plus efficaces. respectueux de l’environnement en termes de matériaux et de transport dans le monde, mais aussi parce qu’ils sont beaucoup plus prévisibles. Pour de nombreuses personnes qui boivent, cette prévisibilité est un énorme argument de vente et c’est une chose à laquelle je ne pense pas avoir accordé suffisamment de crédit en y réfléchissant dans le passé.

J : C’est un très bon point. Nous en avons parlé avec le vin en vrac et d’autres choses du même genre. Pour les amateurs de grands vins, il y a une certaine attente, vous avez une collection et vous vous attendez à ce qu’elle soit dans des bouteilles en verre épais. Mais je pense qu’il y a une grande partie des consommateurs de vin qui apprécient cette cohérence dont tu parles, Zach.

R : Ils aiment la cohérence et boivent du vin d’une manière différente de celle du public des grands vins, qui pense aux accords mets et bouteilles. C’est un consommateur qui aime le vin et qui veut boire un verre de vin à la fin du travail en regardant la télévision. À bien des égards, les emballages alternatifs sont très utiles à cet égard. Vous pouvez avoir un vin qui est vraiment cohérent, que vous appréciez, que vous pouvez boire à différents moments de la semaine sans vous en préoccuper. Le conditionnement alternatif, en particulier le vin en boîte, a toujours été quelque chose que je suis choqué de ne pas voir exploser autant ici. Il permet aux célibataires ou aux personnes dont le partenaire ne boit pas ou n’aime pas le vin de boire un délicieux verre de vin tout au long de la semaine sans avoir l’impression de gaspiller une bouteille. C’est ce qui est vraiment génial avec le vin en boîte. Il peut également être une forme de vin cohérente pour les personnes qui aiment le vin dans les bars, les concerts et d’autres choses du genre, ce qui n’est pas le cas actuellement. Je ne peux pas vous dire combien bars clandestins Je suis allé dans des endroits où je voyais quelqu’un ou une bouteille avec le bouchon à moitié sorti sur le bar arrière. Vous savez que c’est chaud et vous savez que ça va être une mauvaise expérience. Alors que si elle était dans un carton, on aurait l’impression que la bouteille vient d’être ouverte. Étant donné la quantité de vins de qualité qui sont mis en boîte de nos jours, comment faire pour que tout le monde passe le cap ? Comment commencer à expliquer au consommateur en général que les vins en boîte sont vraiment bons? Il y a des conserves de vin qui sont vraiment bonnes. Je pense que le vin en boîte va beaucoup plus loin en ce moment que le vin en boîte.

Z : Ce que nous avons vu ces dernières années dans le domaine du vin en boîte, avec différentes marques, c’est que les gens mettent vraiment du vin de meilleure qualité en boîte. Ils obtiennent des réponses. Ils obtiennent des placements dans certains des endroits que vous avez décrits. Pas seulement dans les bars à plongeurs, mais aussi dans les mini-bars d’hôtels et dans toutes sortes d’endroits où les gens veulent un certain niveau de qualité, mais où une bouteille de 750 litres avec un bouchon n’a pas vraiment de sens. Pour deux raisons, les canettes ont eu la vie plus facile. La première est qu’une canette, comme nous l’avons vu avec la bière artisanale pendant des années, peut être un récipient visuellement frappant pour un liquide, même si ce n’est pas un récipient traditionnel pour le vin. On peut faire toutes sortes de graphismes sympas. Je sais que vous a interviewé l’un des fondateurs de Nomadica. Leurs canettes sont géniales et le vin à l’intérieur est également très bon. Mais même les personnes qui ne sont pas allées jusqu’à ce point, les les boîtes de conserve peuvent être frappantes. Personne n’a encore emprunté cette voie pour les caisses-outre, du moins à ma connaissance. C’est l’occasion de faire quelque chose de cool qui se démarquerait dans une épicerie ou même dans un magasin de vin. L’autre aspect de la question est que la taille d’un bag-in-box sera toujours un peu un défi pour certaines personnes. Même si je comprends ce que tu dis, Adam, sur le fait que c’est bon pour un couple qui ne boit pas trop. La deuxième nuit d’un vin n’est parfois pas aussi bonne, selon le vin lui-même. Le problème avec le bag-in-box, à moins que vous n’en achetiez plusieurs, c’est que vous vous engagez en quelque sorte à boire le même vin encore et encore. Pour certaines personnes, c’est un énorme argument de vente. Ils savent ce qu’ils aiment et ils veulent l’avoir. D’autres personnes peuvent avoir envie de boire une boisson, un vin ou un cocktail différent tout au long de la semaine. Là, le problème est la taille. Il y a généralement au moins trois litres de vin. Cela correspond à quatre bouteilles de vin. Ce que nous allons goûter dans un petit moment, le mien fait cinq litres. Je n’ai aucune idée de ce qu’il faut faire avec cinq litres de vin. C’est un défi que le bag-in-box en particulier doit relever, à savoir que le volume de liquide est élevé. Il faut donc que quelqu’un ait vraiment envie de boire tout ça. C’est peut-être simplement un défi qu’ils ont plus de mal à relever que les canettes.

R : Pour le bag in box, l’opportunité se situe au niveau des parties.

J : C’est là que beaucoup d’entre nous ont eu leur première expérience avec un bag-in-box, non ?

A : Avez-vous joué à Slap the Bag ?

J : Peut-être que j’ai joué à « Slap the Bag ». La seule fois où j’ai eu une marque spécifique de vin en boîte, c’était en tapant sur le sac à une fête d’ultimate frisbee. Ils étaient comme, « vous devez frapper le sac, » et j’étais comme « excusez-moi ? »

R : Pourquoi on tape sur le sac ? Il ne se casse pas, c’est le but.

J : Oh, c’est tellement stupide.

A : Pourquoi le ferions-nous sinon ? C’est très drôle.

J : Je pense donc qu’il existe une énorme opportunité pour le vin en boîte, mais je pense qu’il y a une pente très raide à gravir pour y arriver.

R : Nous verrons dans une seconde pourquoi nous pensons que la pente est raide. Mais je me demande si la voie à suivre pour le vin en boîte n’est pas que certaines de ces boîtes comme Nomadica passent au format boîte. Je suis très surpris que Sous-bois n’a pas fait ça. C’était l’une des premières grandes marques, et au lieu de passer de la boîte au carton, ils sont passés de la boîte à la bouteille. Je comprends pourquoi ils ont fait cela ; c’est tout le bagage dont nous disons qu’il existe pour un autre type de consommateur de vin. Mais pour les gens qui aiment leurs boîtes de conserve, je ne peux pas les imaginer dire « faisons-le ». Ceci étant dit, nous disons toutes ces choses sur le fait qu’il y a des préjugés. Pourtant, le vin que nous allons essayer est l’une des marques de vin les plus populaires en Amérique. Et c’est Franzia.

J : Le vin domestique le plus populaire aux États-Unis.

R : C’est fou. Ce que je trouve vraiment intéressant, c’est que la marque n’est pas seulement la plus populaire, mais qu’elle est aussi responsable des préjugés que la plupart des gens en Amérique ont sur le bag-in-box. C’est Franzia, ce n’est pas une autre marque. Il y a des marques qui sortent de beaucoup d’autres vignobles et qui sont extraordinaires. Mais c’est Franzia qui a créé le parti pris, que vous l’aimiez ou non. Et je suppose que c’est avec cette marque que vous avez joué à Slap the Bag.

J : Je suppose. C’était hors de la boîte, cependant.

A : Il a dû l’être. Quand était la dernière fois que l’un de vous a mangé de la Franzia ?

J : Cette fête-là !

A : Et toi, Zach ?

Z : Je suis presque sûr que la dernière fois que j’ai mangé de la Franzia, j’étais encore au lycée. Donc ça fait 20 ans.

R : Je pense que c’est la même chose pour moi. Je me souviens d’en avoir bu un ou plusieurs verres chez un ami. Nous avons fait une fête, et mes amis disaient « mes parents ne le remarqueraient jamais, c’est dans une boîte ». C’est la première fois que je l’ai eu, et je l’ai définitivement eu pour claquer le sac à une fête à l’université. Quelle boîte as-tu, Zach ?

Z : J’ai le blanc rafraîchissant. Pas plus d’informations que cela, ce qui est ce que l’on attend de la marque. Je tiens également à souligner une chose qui m’interpelle ici, à savoir que Franzia appartient à une société appelée la Groupe du vinqui est suffisamment indescriptible pour que l’on sache ce qu’il contient.

A : Oui, nous avons le Chablis. Ce n’est certainement pas du Chablis.

Z : Il ne vient pas d’une petite commune de France ?

R : Il s’agit sans aucun doute d’une marque de vin qui a pu bénéficier d’une clause d’antériorité avant la conclusion de tous les accords commerciaux qui interdisaient de donner à nos vins le nom de zones protégées en Europe. Et c’est ainsi qu’ils s’en sortent. Pendant que vous parliez, j’ai cherché « qu’est-ce qu’il y a dans ce Chablis ? » Il n’y a aucune information, je n’ai aucune idée des raisins qui sont entrés dans sa composition. Ça pourrait littéralement être n’importe quoi.

Z : Je suis allé à l’épicerie du coin et j’ai pris la première boîte qui se trouvait là. Ce n’est pas un grand cru, mais si je revenais un an en arrière et que j’achetais la nouvelle boîte, pensez-vous que le mélange qui la compose soit sensiblement différent ? Ou pensez-vous qu’il est assez constant ?

A : Je pense que c’est incroyablement cohérent. Je pense que ce truc est foutrement bien conçu.

Z : C’est un bon point. Mais pour ce qui est du vin de base, je pense que ça peut être n’importe quoi. Je suppose qu’ils utilisent juste ce qui est disponible. Ces cinq litres de vin m’ont coûté 16 dollars.

R : Le vôtre était de 16 $, et le nôtre de 20,99 $.

Z : Eh bien, ce sont les prix de New York.

R : 4 $ de plus.

Z : Nous devons l’essayer. Je l’ai regardé assez longtemps. Je tiens également à préciser que le mien est presque impossible à distinguer de l’eau qui se trouve dans le verre d’à côté. Visuellement, ce vin n’a pas de couleur, donc c’est une note intéressante.

R : Ce n’est pas un arôme de vin.

J : J’ai un peu de parfum ici.

R : Mais je ne peux pas vous dire ce que c’est.

J : Keith est ici, aussi. Il goûte avec nous.

Z : Le mien a l’odeur et le goût de poires en conserve. Ce n’est pas désagréable. Si vous prenez le sirop qui se trouve dans les poires en conserve et que vous le faites fermenter, je suppose que c’est ce que vous obtiendrez.

J : C’est assez doux.

A : Oui, c’est très gentil.

Z : Ce qui est ce que l’on associe typiquement au Chablis.

A : Qu’en penses-tu, Keith ?

J : Quand avez-vous mangé de la Franzia pour la dernière fois ?

Keith Beavers : Je ne sais pas. En fait, je n’ai pas le souvenir d’avoir bu du Franzia. J’ai bu une tonne de vin dans les années 90, illégalement, et je suis sûr que le Franzia en faisait partie. Je ne pense pas que ce soit terrible. C’est juste un vin en vrac homogène et amalgamé. Il y a quelques Riesling là-dedans, probablement des Gewurztraminer, Chardonnayet de l’Ugni Blanc. Il y a probablement des mélanges que Fred achète. Fred achète tout en vrac. Il recherche des vignobles et des caves en faillite et achète le vrac à ces derniers. C’est comme ça qu’il fait son vin. Ce vin est fait pour être cohérent. Ce vin n’est pas fait pour qu’on s’assoie, qu’on contemple et qu’on parle. Ça s’appelle du Chablis. C’est drôle parce que les gens en Amérique savent comment prononcer Chablis à cause de Franzia. Ce qui est vraiment, vraiment intéressant. C’est un vin très bon marché, volumineux, à forte production, sans complexité, facile à boire, maigre, doux avec une finale amère. Et c’est très bien comme ça.

J : Vous comprenez pourquoi c’est le vin le plus populaire ?

K : Oui. Nous sommes américains, nous avons une dent sucrée. Nous avons eu une dent sucrée depuis la Prohibition. Les frères Gallo ont fait du vin rouge sucré qui est allé à Al Capone à Chicago, à New York, et dans des endroits comme ça. Dans les bars clandestins, on buvait du vin rouge sucré bon marché, quand on buvait du vin. Donc, c’est essentiellement le palais de l’Amérique ici dans le verre. Nous sommes un pays jeune, et nous avons aussi une génération qui a grandi avec ça. Si vous avez grandi avec ça, c’est ce que vous buviez. Ma mère faisait les comptes et buvait une bouteille de… Woodbridge. C’est ce qu’elle a fait. Elle n’était pas là pour le vin, mais pour endormir les factures. Et c’est à ça que sert ce vin. Je n’ai jamais joué à « Slap the Bag », par contre.

A : Non, vous ne l’avez pas fait.

K : Je ne suis jamais allé à l’université. C’est comment ? Comment tu tapes le sac ? J’aurais cassé le sac.

Zach, comment est ton blanc rafraîchissant ?

Z : C’est bon. Je ne suis pas totalement en désaccord avec la caractérisation de Keith, bien que je pense qu’une chose que je dirais est que c’est définitivement le style de vin qui était autrefois populaire aux États-Unis. Il reste évidemment populaire en termes de ventes. C’est en grande partie parce qu’il existe encore des marques qui répondent à la demande pour ce style de vin, à la fois en termes de cohérence et de prix. Soyons clairs, si l’on vend autant de Franzia, c’est en partie parce qu’il est bon marché. Il n’est pas possible de rivaliser avec ce prix si vous mettez du vin en bouteille, sans parler d’essayer de le produire à partir de cépages que les gens reconnaissent ou d’un endroit dont ils ont entendu parler. C’est la réalité. J’aimerais revenir sur un sujet que nous avons abordé précédemment, à savoir si le bag-in-box a un avenir avec un meilleur vin. Plus de vin de terroir, en quelque sorte, que celui-ci. Lorsque j’ai fait mes achats à l’épicerie, j’ai vu une gamme de vins en bag-in-box dont le prix maximum était de 25 $, comme un vin du sud de la France. Rose. 25 $ pour trois litres ou cinq litres, ce n’est pas beaucoup d’argent. Mais je me demande si quelqu’un hésiterait à payer 60 dollars pour un bag-in-box de trois litres. C’est toujours l’équivalent de 15 $ la bouteille. Ce n’est donc pas comme s’il s’agissait d’un vin super premium. Vous n’allez pas acheter un cru classé. Bordeaux bag-in-box de sitôt. Je pense qu’il y a beaucoup de vins mis en bouteille qui pourraient très bien s’intégrer dans ce format. Mais son obstacle pourrait être qu’il va se trouver à côté du Franzia et qu’il va souffrir de cette association, même si son prix est clairement différent.

A : Oui, je veux dire, je pense que ça dépend de l’endroit, non ? Je pense que vous avez raison quand vous parlez d’une épicerie. Vous allez être commercialisé là où vous êtes commercialisé, et dans l’épicerie, vous allez être mis dans cette section avec tous les autres vins en caisse-outre. Pourquoi allez-vous être le bag-in-box à 50 ou 60 $ contre ceux à 16 ou 20 $ ? Dans les magasins de vins spécialisés du pays, c’est une toute autre histoire, parce qu’ils ne stockent pas ces caisses-outre et qu’ils essaient de stocker les vignobles du monde entier qui essaient de faire des caisses-outre haut de gamme. Et là, vous avez une très bonne chance parce que vous avez également la possibilité pour le marchand de vin de vendre à la main et d’expliquer que ces cinq litres ont en fait la valeur d’une bouteille de vin à 20 $, mais que vous pouvez l’obtenir à un prix réduit parce que vous l’achetez sans tout l’emballage. Le consommateur avisé qui fait déjà ses achats dans ce genre de magasin de vin l’achètera. Cela signifie-t-il que vous serez un jour aussi grand que Franzia ? Putain, non. Si vous écoutez ce podcast et que vous rêvez d’être aussi grand que Franzia et que vous avez un dossier à présenter à un groupe d’investisseurs en ce moment, et que vous dites que vous allez le faire avec du vin premium, vous devriez juste ranger ce dossier. Parce que vous ne le ferez pas. C’est un marché très différent sur lequel vous allez être en compétition. Mais si vous parlez à des investisseurs de créer une marque de vin en boîte haut de gamme qui aura un rendement décent, c’est une idée très différente.

K : C’est toujours comme ça, aussi.

Z : Si vous faites du vin intéressant que vous mettez dans un emballage alternatif, faites-le nous savoir. J’adorerais en essayer. J’aimerais en entendre parler. C’est toujours passionnant de voir ce que les gens sont prêts à faire pour repousser les limites, car le vin est une industrie très statique à bien des égards. Pas seulement en termes de format, mais aussi en termes de ce que contient la bouteille, la boîte ou le carton. Et c’est toujours amusant de voir des gens prêts à prendre des risques.

K : Nous allons nous lancer la semaine prochaine dans une dégustation de vins en boîte.

R : Ça va être génial.

J : Joyeux vendredi.

A : Joyeux vendredi, tout le monde.

Z : Ça a l’air génial.

Merci beaucoup d’avoir écouté le « VinePair Podcast ». Si vous aimez cette émission autant que nous aimons la créer, laissez-nous une note ou un commentaire sur iTunes, Spotify, Stitcher ou tout autre site de podcasts. Cela aide vraiment tous les autres à découvrir l’émission.

Maintenant, les crédits. VinePair est produit et enregistré à New York et à Seattle, Washington, par moi-même et Zach Geballe, qui fait tout le montage et adore être crédité. Je tiens également à remercier mon cofondateur de VinePair, Josh Malin, qui a rendu tout cela possible, ainsi que Keith Beavers, directeur des dégustations de VinePair, qui est également producteur de l’émission. Je tiens également à remercier tous les autres membres de l’équipe de VinePair, qui ont joué un rôle déterminant dans toutes les idées qui ont permis de réaliser l’émission chaque semaine. Merci beaucoup d’avoir écouté, et nous nous reverrons.

Note de l’éditeur : Cet épisode a été édité pour des raisons de longueur et de clarté.

Cet article a été rédigé par VinePair Staff et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.