Menu Fermer

Peut-on (et doit-on) apprendre aux buveurs de Bourgogne anglophones à dire « Bourgogne » ?

Aurait Bourgogne par un autre nom a un parfum aussi doux et un goût aussi séduisant ?

Les personnes qui fabriquent ce que la plupart des critiques considèrent comme les plus grandes Pinot Noir et Chardonnay semblent le penser. Et beaucoup d’entre eux s’entêtent à croire que si vous aimez leur vin, vous devez faire preuve de respect en l’appelant par son nom propre : « Bourgogne ».

Bourgogne ? Vous n’êtes pas seul si vous n’avez pas la moindre idée de l’endroit où ces syllabes se brisent et où les accents tombent, ou des formes déformées que vos lèvres doivent prendre pour les prononcer correctement. Voici un indice verbalou si vous avez un penchant pour la phonétique, c’est quelque chose comme ça : « boor-GAHN-yuh ».

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

Bien sûr, ce n’est pas tous les jours que quelqu’un qui possède l’une des marques les plus appréciées et reconnues au monde souhaite la changer (à moins que vous ne soyez Facebook et n’obtient pas beaucoup de « likes »). C’est pourtant ce que veulent faire les compteurs officiels de raisins de Bourgogne centrale.

Maintenant, il faut admettre qu’ils ont raison. « ChampagneLe mot  »  » s’écrit de la même façon en français et en anglais, même si les anglophones continuent de massacrer sa prononciation. Et « Bordeaux » en anglais est  » Bordeaux « ,  » Loire  » est  » Loire « ,  » Rhône  » est  » Rhône « . Alors pourquoi ne pas appeler la Bourgogne de la même façon que les personnes qui vivent et travaillent depuis des milliers d’années dans ce paradis viticole du sud-est de la France appellent leur région et leur vin ?

Environ 90 millions de bouteilles sont exportées chaque année, chacune portant le mot « Bourgogne » sur l’étiquette », explique Nelly Blau, responsable de la communication à l’exportation du Bureau des vins de Bourgogne. (BIVB). « Cela doit être déroutant pour les gens qui pensent qu’il s’agit de la Bourgogne ». Bien que les anglophones soient les plus gros acheteurs et donc le plus gros casse-tête pour les professionnels du vin comme Blau, elle affirme que nous ne sommes pas les seuls contrevenants. « Les Allemands disent ‘Burgund’ et les Italiens l’appellent ‘Borgogna’. »

En 2012, le BIVB s’est réuni pour discuter de la question de la barrière linguistique et a finalement décidé de renforcer la marque Bourgogne. « Mais avons-nous investi beaucoup d’argent pour effectuer ce changement ? Je dirais que non », déclare M. Blau. « Cependant, nous avons travaillé avec des journalistes et des importateurs. Et nous utilisons ‘Bourgogne’ dans toutes nos communications officielles et lorsque nous avons des programmes de formation. »

Jusqu’à présent, le conseil a obtenu des résultats modestes, une goutte de couleur bourguignonne à la fois, principalement en utilisant à la fois Bourgogne et Bourgogne dans la même communication dans l’espoir d’éliminer un jour le « mauvais » mot.

Par exemple, Vins et spiritueux Flatiron a cette section dans son site web « Guide complet de la Bourgogne »

« Mais la Bourgogne n’est pas n’importe quelle région, et le Bourgogne rouge et le Bourgogne blanc ne sont pas n’importe quels Pinot Noir et Chardonnay. Non, la Bourgogne est une sorte de patrie spirituelle pour les amateurs de vin du monde entier. »

Vous avez remarqué comme c’est facile et sournois ?

Selon M. Blau, les Britanniques sont les anglophones les plus réfractaires au changement – mais ils sont aussi les premiers à s’être approprié les noms d’autres régions. Historiquement, ils ont appelé les vins d’Allemagne « hock », du nom de la ville de Hochheim, Jerez est devenu « sherry » et les vins expédiés de Porto « port ». Et, pour une raison ou une autre, le vin rouge de Bordeaux était vendu à Londres sous le nom de « Claret ».

Mais tous les habitants de l’île ne sont pas aussi défiants. Ex-Liv Richard Hemming, directeur marketing, explique que sa place de marché de vins fins, basée à Londres, « cherche à refléter fidèlement les noms d’appellation figurant sur les étiquettes, de sorte que les utilisateurs qui recherchent un Bourgogne trouveront plus de 1 500 vins classés comme Bourgogne, Bourgogne Aligoté ou Bourgogne Passe-tout-grains ».

Tout le monde n’est pas convaincu que c’est une bonne idée.

Forcer ce genre de changement aux anglophones pour un usage aussi profondément ancré dans les mentalités n’a aucune chance de fonctionner, ne serait-ce que parce que le mot « Bourgogne » semble au minimum prétentieux pour toute référence autre que la Bourgogne générique », déclare Allen Meadows, connu professionnellement sous le nom de Burghound et le critique et évaluateur anglophone le plus influent des vins bourguignons. « En tant que tel », dit-il, « ce train a quitté la gare – et depuis longtemps ».

Evan Goldstein, qui dirige une agence de marketing basée en Californie. Solutions vinicoles en boucleIl pense que le Bourgogne pourrait fonctionner, mais avec un gros bémol.  » Si vous le découplez des noms de raisins, cela va prêter à confusion « , dit-il. « Je pense donc que le remède du ‘Bourgogne-Pinot Noir’ et du ‘Bourgogne-Chardonnay’ devrait fonctionner ».

Une autre mouche dans le verre de la Bourgogne est que les Français ont leurs propres péchés linguistiques. Alors que la plupart des nations anglophones ont corrigé l’orthographe des lieux géographiques pour refléter l’usage indigène – Bombay est devenu Mumbai et Pékin est devenu Beijing – les Français continuent de traîner les pieds. J’ai un ami journaliste anglais qui dit qu’il commencera à utiliser « Bourgogne » quand les Français arrêteront d’appeler Londres », admet Cécile Mathiaud, responsable de la communication du BIVB.

Et que ferons-nous de la couleur Bourgogne si nous nous habituons tous à dire Bourgogne ? « En fait, nous n’appelons pas la couleur Bourgogne par ‘Bourgogne’ en France », explique M. Mathiaud. « Cherchez la traduction de la couleur Bourgogne [dans un dictionnaire anglais-français], et elle se traduit par ‘couleur Bordeaux !' ».

Même si tous les Américains qui boivent du vin finissent par dire « Bourgogne, Bourgogne, Bourgogne », les distributeurs mondiaux de vin comme Gallo seront-ils contraints de prendre une décision marketing douloureuse : déchirer toutes ces étiquettes de pichet imprimées et les remplacer par des étiquettes portant la mention « Hearty Bourgogne » ?

La solution la plus simple serait peut-être que les gens du BIVB convainquent les personnes qui gèrent les applications de correction orthographique en ligne de remplacer automatiquement « Bourgogne » par « Burgundy » chaque fois que nous tapons le premier. Très vite, les rédacteurs, influenceurs et blogueurs spécialisés dans le vin cesseraient de corriger les fautes, et nous pourrions tous retourner à nos disputes pour savoir si les Bourguignons font payer trop d’euros pour le Bourgogne de cette année.

Cet article a été rédigé par Roger Morris et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.