Menu Fermer

2021 est-elle l’année de la renaissance de la bière au potiron ?

Ce mois d’octobre, VinePair célèbre sa deuxième édition de l’événement annuel Mois de la bière américaine. Des bases du style de bière aux tendances inattendues (la bière aux cornichons, par exemple), en passant par les plongées dans l’histoire et les nouveaux développements en matière de conception d’emballages, attendez-vous à une exploration de tout ce qui se passe dans les brasseries et les salles d’attente à travers les États-Unis tout au long du mois.

Après avoir explosé en popularité au début des années 2010, alors que le monde de la bière artisanale commençait sa propre croissance exponentielle, bières au potiron est devenu, tout aussi rapidement, la plus grande blague de la bière artisanale.

Dès 2013, Buzzfeed News a demandé de quel côté du débat vous vous situez, suite à un retweet controversé de BeerAdvocate où quelqu’un qualifiait les bières au potiron de « mulet des bières artisanales ». Les choses se sont aggravées en 2015, lorsque Anheuser-Busch a choisi de taper sur la bière artisanale dans sa tristement célèbre campagne de promotion de la bière artisanale. Publicité du Super Bowlet il a utilisé une bière au potiron pour le faire. (OK, techniquement une citrouille-pêche.)

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

Maintenant que la communauté brassicole américaine a mûri (un peu) et que le monde des saisons d’automne est passé à l’adoration de l’Oktoberfest, où se situent ces ales épicées aux tartes dans le paysage actuel de la bière artisanale ? Existe-t-il une stase de type squash-ale, ou voit-on les brasseurs revenir lentement à un style qui a plus ou moins stagné pendant des années ?

The State of Pumpkin Beer Over the years.

Au sens le plus large, Google Trends montre un pic annuel d’intérêt pour la bière à la citrouille chaque mois d’octobre, et il y a eu une remontée lente mais régulière depuis le creux de la vague au milieu de la décennie. À l’heure actuelle, 2021 est qui ont actuellement tendance à susciter le plus grand intérêt pour les recherches depuis octobre 2015. C’est un petit indicateur d’une résurgence, mais un indicateur tout de même. Nous avons examiné certains chiffres fournis par la société d’études de marché IRI, basée à Chicago, mais comme elle ne suit pas les bières à la citrouille en tant que style, nous choisissons plutôt de regarder certaines preuves anecdotiques des leaders de la catégorie.

Pour avoir une meilleure idée de l’état actuel du monde des bières au potiron, nous avons contacté deux autorités dans le domaine, l’une responsable de la bière au potiron la plus populaire du pays (Pumking de Southern Tier) et l’autre responsable de nombreux prix (Pumpkin Ale de Whole Hog).

Nous avons également voulu voir ce qui a amené l’une des brasseries les plus innovantes et les plus intéressantes du pays à fabriquer sa toute première bière au potiron cette année : la bière au potiron pour les cafés de Off Color Brewing. C’est une drôle d’époque pour les bières au potiron ; voyons comment les choses se passent pour les professionnels.

La centrale de la bière au potiron : La Pumking de Southern Tier

Si vous avez remarqué une baisse générale de la bière au potiron au milieu de la dernière décennie, personne ne l’a ressentie plus que Phin DeMink. En tant que co-fondateur de Tier SudDeMink, qui est à l’origine de la bière impériale au potiron à 8 pour cent, connue sous le nom de Pumking, a vécu la contraction de la catégorie de première main. « Il y a quelques années, tout n’était que citrouille », dit-il. « C’est allé un peu trop loin, entre les bougies, Starbucks et les céréales ». Le résultat pour les colporteurs de bière de citrouille : « Nous avons connu cet exode de la bière de citrouille. Il y a vraiment eu de grosses retombées. »

M. DeMink estime qu’ils ont perdu près de 20 % de leur volume de bière au potiron au cours de ce contrecoup saisonnier du milieu de la décennie – ce qui n’est pas négligeable si l’on considère que, selon M. DeMink, « si l’on se contente de regarder l’IRI, il y a eu deux années où nous avons dépassé les ventes de la catégorie ». Pumking est en effet une puissance, et a récemment donné naissance à une variété d’autres produits, dont Warlock (un stout au potiron), Pumking nitro, et Pumking nitro pour le café froid. Il y a même un whisky Pumking et une « King &amp ; Cola » RTD par le biais de sa branche distillerie.

Toutes ces extensions de gamme mises à part, c’est un bon moment pour Pumking prime ces derniers temps. Nous sommes l’une des rares [brasseries] à s’être dit : « Hé, tout le monde mange de la tarte à la citrouille depuis toujours, Thanksgiving ne va pas disparaître », dit DeMink. « Nous allons nous en tenir à nos armes et résister à la tempête. Pendant quelques années, la concurrence s’est développée à pas de géant. Et puis tout le monde est retourné aux Oktoberfests. Donc ces deux dernières années pour nous, tout a été vraiment, vraiment sain. »

M. DeMink estime que, d’une année sur l’autre, la croissance est à deux chiffres pour le seul Pumking. « Nous avions en quelque sorte prévu que cette année serait probablement une année de retour », dit-il. Pour une entreprise qui commence à faire tourner la machine Pumking dès le mois de mai afin de répondre à la demande, il est bon de constater le regain d’enthousiasme pour un produit saisonnier qui ne dispose que d’une fenêtre de deux mois pour réaliser la plus grande partie de ses ventes.

« C’est un endroit idéal », dit DeMink. « Mais c’est drôle, parce que maintenant, tout d’un coup, je vois la bière de citrouille qui recommence à apparaître ».

La bière au potiron encensée par la critique : Whole Hog’s Pumpkin Ale

Si l’on considère les médailles décernées lors de la Great American Beer Fest comme un indicateur de qualité généralement reconnu, la Pumpkin Ale annuelle de l’Office de l’harmonisation dans le marché intérieur de l’Union européenne (UEO) est le meilleur exemple. Bière Whole Hog de Stevens Point, dans le Wisconsin, dépasse de la tête et des épaules toutes les autres bières au potiron du pays. En fait, elle pourrait être l’une des bières les plus primées d’Amérique. Depuis sa sortie en 2011, la bière a été médaillée cinq fois à la GABF, dont deux médailles d’or.

the award-winning Whole Hog pumpkin beers

Mike Schraufnagel a été de la partie pendant toute la durée du voyage, ayant travaillé à la brasserie pendant 13 ans, dont les trois dernières années en tant que maître de brassage. La pumpkin ale de Whole Hog est restée la même bière depuis les dernières modifications apportées en 2012 et, à part une brève incursion dans une option vieillie en fût en 2015, elle reste le porte-drapeau de ce que doit être une excellente bière à la citrouille.

Selon M. Schraufnagel, il n’y a jamais eu de meilleure période pour la bière au potiron de Whole Hog que celle-ci. « La bière a connu une année exceptionnelle, vraiment », dit-il, en faisant l’éloge de certaines nouvelles avancées logistiques du côté des distributeurs qui ont permis à Whole Hog d’avoir une meilleure idée de la demande. « Nous avons commencé l’année en nous disant que nous avions besoin de 23 brassins cette année et que nous pouvions répondre à toutes les commandes de prévente. Alors que dans le passé, nous avons commencé avec 10 brassins et nous avons juste, vous savez, tendu l’oreille pour voir quel était le retour, et espéré que nous finirions par en [vendre] un bon nombre. »

La logistique mise à part, l’appétit pour la Whole Hog’s Pumpkin Ale est là, à la pelle : Les ventes ont augmenté d’environ 25 % par rapport à l’année dernière, et la marque a écoulé plus de 2 100 barils de sa bière à la citrouille en 2021 jusqu’à présent (soit 600 barils de plus que l’année précédente), la plupart d’entre eux ayant été expédiés fin août.  » Au fur et à mesure que les chiffres arrivaient pour les préventes, je me disais :  » Ce n’est pas possible « , dit Schraufnagel. « À l’heure actuelle, il serait difficile de trouver une bouteille n’importe où ».

La progression moderne de la bière de citrouille : La bière au potiron d’Off Color pour les cafés

Chicago Infusion de couleur désactivée s’est fait un nom depuis 2013 comme l’une des brasseries expérimentales les plus connues du pays. Qu’il s’agisse de montrer la voie en matière de bière fruitée goses et funky bières de fermeLes bières Off Color repoussent souvent les limites, qu’il s’agisse de leurs styles propres, comme les « tiki-weisses » et les « serf stouts » de style russe, ou de leurs expériences avec les levures sauvages, les foeders et les bières vieillies en fût. Mais elle aime aussi les lagers classiques et les pâtisseries occasionnelles. bièrecomme en témoigne sa série de bières DinoS’mores.

Avec tout cela à l’esprit, il est soit scandaleux soit inévitable qu’Off Color produise une bière au potiron, ce qu’elle a fait pour la première fois cet été, sous la forme de sa bière au potiron pour les cafés, infusée de chaï-vanille. Le cofondateur et brasseur Dave Bleitner a déclaré que c’était le bon moment pour qu’une bière au potiron Off Color fasse son entrée dans le paysage.

« Nous ne voulons pas faire des choses qui sont répandues. Et je pense que nous avons découvert plus récemment que tout est devenu si radical. Vous savez, d’un côté il y a l’engouement pour le haze, et de l’autre la phase Zima », dit-il en parlant de la récente vague de boissons fruitées et pétillantes qui sortent des brasseries. « C’est comme si on se demandait ce qu’il en était des bières qui sont bonnes ? dit Bleitner. « On plaisantait : « Oh oui, faisons un style historique qui date des années 90 ».

Mais pourquoi une bière au potiron, un style qui a tellement perdu de sa popularité ? « Je suppose que ce n’était pas assez cool pour que nous le fassions maintenant », dit Bleitner.

La Pumpkin Beer for Cafes d’Off Color est basée sur sa « Beer for Cafes » originale, qui présente des épices chai sur une bière riche et maltée. Bleitner explique que la fabrication d’un chai au potiron était une étape naturelle, mélangeant du thé rooibos rouge avec de la cannelle, de la noix de muscade, des clous de girofle, de la purée de potiron et de la vanille pour créer une bière aux accents de potiron, mais indéniablement Off Color.

« J’essaie de ne pas faire des choses que je ne boirais pas, et il n’y a pas beaucoup de bières au potiron que je recherche », dit Bleitner. « Elles sont soit trop sucrées, soit trop alcoolisées, soit trop épicées, et je n’en ai jamais vraiment eu une qui était bien équilibrée. » Elle est arrivée au bon moment, apparemment : Même si Off Color a brassé le plus gros lot de son Oktoberfest annuel, « la bière à la citrouille l’a dépassé de 50 % », dit Bleitner.

« En fait, nous nous sommes retrouvés avec plus de produits internes pour la vente à emporter que ce que j’avais prévu à l’origine », explique-t-il. « Nous avions une centaine de caisses et je me suis dit : « Ça semble beaucoup pour ça ». Et nous avons tout dépensé. »

Malheureusement, il est arrivé trop tard pour un client potentiel. L’année dernière, quelqu’un est entré dans le bar et a dit : « Je vais prendre votre bière au potiron », raconte M. Bleitner. Nous avons répondu : « Nous ne faisons pas de bière au potiron ». Et puis, ils sont partis. Ooooookay. »

Bonne nouvelle pour ce type : On dirait que le marché revient à sa rencontre.

Cette histoire fait partie de VP Pronotre plateforme de contenu et notre bulletin d’information gratuits pour le secteur des boissons, qui couvre le vin, la bière, les spiritueux et bien plus encore. Inscrivez-vous à VP Pro maintenant !

Cet article a été rédigé par Karl Klockars et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.