Menu Fermer

Découvrez l' »Oktoberfest sobre », le festival de la bière d’une brasserie (sans l’alcool)

Il est environ 11 heures du matin lorsque je monte dans le train Amtrak à Penn Station. Je suis debout depuis moins d’une heure, me rappelant que je dois me rendre dans le Connecticut aujourd’hui pour une « Oktoberfest sobre ». Ironiquement, j’ai un peu la gueule de bois. Mettez un groupe de journalistes dans une pièce ensemble, et deux verres deviennent sept verres avant que vous puissiez écrire votre propre signature. Mais je me rends dans le Connecticut, non pas parce que je participe à #SoberOctober (évidemment), mais parce que cette fête de la bière est organisée par Athletic Brewing – une brasserie relativement jeune, fondée en 2018, dont l’un des bureaux bicoastraux se trouve à proximité, à Stratford, dans le Conn… – et j’ai été dépêché pour voir ce qu’il en est de cette fête de la non-boisson.

Il est possible que vous connaissiez déjà cette marque de bière sans alcool. Dans ce cas, je suppose que vous participez à des triathlons, à des compétitions de trail running ou à d’autres exploits d’endurance physique pour le plaisir – car c’est ce que leur fanbase semble avoir en commun. Je ne participe pas à des triathlons, mais j’ai couru un peu en cross-country à l’université et je prends ma bière complètement fermentée dans 99 % des cas. (Le 1 % étant chaque fois qu’une fête à l’université n’avait que de la Natty Lite, qui est juste de l’eau avec du colorant alimentaire jaune). C’est dire que je sais pour la plupart comment parler dans la langue maternelle du sportif. Mais aujourd’hui, ce sera la première fois que je prendrai volontairement une bière sans alcool.

C’est peut-être la raison pour laquelle, alors que je soigne les derniers instants d’une gueule de bois, je m’arrête dans une bodega près de Penn Station et je prends deux bouteilles d’airline de Jack Daniel’set l’un des éléments suivants Boule de feu. (Qui sait de quel genre de réserves j’aurai besoin plus tard ?) Le goût de cannelle de la Fireball est une combinaison étrangement agréable avec mon café Amtrak – c’est comme un latte aux épices de citrouille de contrebande. Le reste de la gueule de bois s’estompe.

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

En descendant du train 90 minutes plus tard, je passe à un service de taxi local, qui m’emmène à l' »Oktoberfest ». Alors que je rassemble mes notes pour cette journée de non-boisson, la futilité de tout cela commence à se faire sentir. Comme tous les parents de lycéens le répètent à juste titre, il n’est pas nécessaire de boire pour s’amuser. Je pense que c’est vrai, bien sûr. Mais pourquoi choisir d’aller à une Oktoberfest sobre pour prouver ce point ? C’est comme si vous disiez « Vous n’avez pas besoin de connaître le tennis pour vous amuser » et que vous achetiez des billets pour Wimbledon. Depuis sa création à Munich en 1810, ce festival est entièrement consacré à la consommation d’alcool et au plaisir de boire sans vergogne. Si vous êtes le genre de personne qui ne boit pas, c’est cool ! Mais pourquoi ne pas aller au cinéma, au restaurant ou ailleurs plutôt que d’insister sur le fait qu’on s’amuse quand même en buvant sans boire. À cet égard, je n’ai jamais vraiment compris le concept de la bière sans alcool, non plus. J’adore un dirty Martini, mais ce n’est pas à cause de son goût. Est-ce que quelqu’un aime vraiment le goût de l’alcool, s’il savait que les effets de l’alcool ne suivent pas de près chaque gorgée ? N’est-ce pas pour cela qu’il y a tant de sortes de jus de fruits et de kombuchas au supermarché que l’on a envie de boire à la place de l’alcool ?

En sortant du taxi, quelques tables de pique-nique sont installées autour d’une scène et l’odeur des bretzels flotte dans l’air. Tout le monde ici est clairement un athlète. Et je ne dis pas ça dans le sens de « Tout le monde ici aime le sport ou est en forme ». Je veux dire : « Il est tout à fait possible que ces gens soient venus à la nage, à vélo ou en courant sur ce même parking. » Encore une fois, la pensée me vient de me demander ce que ces gens aiment tant dans la bière sans alcool pour apprécier ce concept. Tu sais ce qui est délicieux aussi ? Le Gatorade. Personnellement, j’aime le Gatorade bien plus que la bière. Il m’arrive même d’en boire sans avoir fait d’exercice. Alors qu’est-ce qu’on fait tous ici ?

Pour 35 dollars, je paie le droit d’entrée, qui me permet de manger dans deux restaurants locaux et d’obtenir toutes les recharges de bière sans alcool que je désire. Je m’approche du comptoir, où je constate que l’entreprise n’organise pas ce festival au hasard, mais parce qu’il coïncide avec la sortie de son nouveau brassin Oktoberfest. Bizarrement, voir le capitalisme à l’œuvre de cette manière m’apaise, plutôt que de penser que tout le monde à Athletic Brewing pensait que ce festival sans alcool était juste un événement cool. Je prends une pinte de l’Oktoberfest, j’achète de la nourriture chez le favori local Walrus Alley et je m’installe à une table de pique-nique.

La nourriture est excellente, mais la « bière » est… eh bien… semblable à de la bière. Ça a le goût de la bière. Presque exactement, pour autant que je sache. Je ne veux pas dire qu’elle a un goût banal ou fade, non plus. Je veux dire que pour cette bière non alcoolisée, avoir un profil de saveur aussi similaire à celui de la bière alcoolisée, sans l’aspect le plus important de la bière, est un exploit impressionnant. Je ne vais pas rentrer chez moi pour en remplir mon réfrigérateur, mais je comprends un peu pourquoi tous ces cyclistes viennent ici entre deux parties de cornhole et de karaoké où ils chantent Bon Jovi en criant. (Je suppose que c’est ce qu’ils font, du moins. Ils ont l’air du genre).

J’ai surtout cette opinion parce qu’au milieu de ma bière, un type en short de vélo Lycra s’assoit à côté de moi, enlève son casque de vélo (le genre que l’on voit au Tour de France) et me demande où j’ai trouvé ma boisson. Il s’en va et revient un instant plus tard, en parlant du temps magnifique qu’il fait. C’est le genre de conversations que l’on est condamné à avoir quand on ne boit pas, je suppose. Essayant de lui rendre sa politesse, je lui demande de me parler de son vélo, un Cervélo à cadre en carbone. Je m’y connais un peu en vélo pour avoir travaillé dans un magasin de vélos au lycée. Nous en parlons donc avant qu’il ne me demande quel modèle je conduis. « Citi », c’est tout ce que j’arrive à sortir. Il ne comprend pas la plaisanterie. Je bois une autre gorgée pendant qu’il se détache de ses chaussures de vélo. Pendant qu’il me dit qu’il adore traîner en ville – ce bar de Murray Hill est comme sa deuxième maison – je me rappelle qu’il est temps pour moi de partir.

De retour dans le train, je suis complètement assoiffé, prêt à boire une autre bière d’Oktoberfest. Ce n’est probablement pas conseillé si vous êtes le genre de personne qui achète de la bière sans alcool chez Athletic Brewing, mais si vous en buvez un tiers et que vous y ajoutez une bouteille de Jack Daniel’s de la taille d’un avion, tout s’arrange pendant le trajet de retour vers Manhattan.

Cet article a été rédigé par Tim Latterner et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.