Menu Fermer

Qu’est-il arrivé à la « pêche au champagne » ?

Au milieu du film « While the City Sleeps », un film noir de 1956 réalisé par Fritz Lang, l’acteur George Sanders est assis dans une cabine avec Ida Lupino dans un restaurant new-yorkais élégant et vaguement tropical. Devant lui, sur la table, se trouvent deux gobelets en verre, chacun contenant une petite pêche. Pendant que Lupino parle, Sanders perce méthodiquement chaque pêche de tous les côtés avec une fourchette. Sa nonchalance indique qu’il l’a fait d’innombrables fois auparavant. Il remplit ensuite chaque verre avec Champagne. Les pêches flottent à la surface.

Aucun des personnages ne commente la procédure élaborée, comme si mettre des pêches perforées dans son champagne était la plus banale des activités. Et aucune mention de la boisson n’est faite. Mais si Sanders avait tenu à l’identifier, il aurait pu utiliser n’importe quel nom, notamment : Peach in Champagne ; Peach Over Champagne ; Peach Champagne ; Champeach Cocktail ; Whirling Champeach Cocktail ; ou Kullerpfirsich, comme il était et est appelé en Allemagne. Chaque appellation a été utilisée à un moment ou à un autre au milieu du 20e siècle pour décrire cette boisson de fête oubliée et glamour.

Whatever Happened to the 'Peach In Champagne'?

Ne manquez pas une goutte !
Recevez les dernières nouvelles sur la bière, le vin et les cocktails directement dans votre boîte de réception.

« C’était une boisson de spectacle de bar à domicile des années 1950-60 », déclare Jörg Meyer, propriétaire du célèbre bar à cocktails hambourgeois Le Lion, et le seul barman vétéran que j’ai contacté et qui se souvient de ce cocktail. « Si vous voulez mon avis, c’était du pur divertissement d’après-guerre, rien à voir avec la qualité de la boisson ».

Il est logique que Meyer se souvienne de la pêche en Champagne, car la boisson semble être originaire d’Allemagne – plus précisément de Cologne, à Die BasteiCe restaurant a ouvert ses portes dans cette ville en 1924. Construit au sommet d’une fortification médiévale à un coude du Rhin, la structure circulaire offrait une vue impressionnante et en créait une. (On peut se demander si Peach in Champagne a gagné sa place dans « While the City Sleeps » parce que son réalisateur, Lang, était autrichien et a beaucoup travaillé en Allemagne avant la Seconde Guerre mondiale. Lang a peut-être bu sa part de Kullerpfirsichs dans sa jeunesse).

Kullerpfirsich signifie « pêche tourbillonnante », et c’est exactement ce qui se passe quand on prépare cette chose. La boisson nécessite une bonne dose de travail, mais votre travail est récompensé sous la forme d’un spectacle amusant. Un article paru en 1960 dans le Cincinnati Enquirer décrivait le processus de la manière suivante :

Lorsque la boisson fut commandée, une pêche rose non pelée fut bien piquée avec les dents d’une fourchette, placée au fond d’un grand et beau verre avec une cuillère à café de sucre. Sur le tout, on a versé du champagne très froid. La pêche piquée s’est montrée à la hauteur de l’événement, tournant rapidement dans le haut du verre jusqu’à ce que le liquide absorbé la tire vers le fond. … On donnait aux clients une assiette à salade, un couteau et une fourchette à fruits et on faisait un rite tranquille en épluchant et en mangeant les fruits après avoir bu le champagne.

La boisson a commencé à faire la une des journaux internationaux après la Seconde Guerre mondiale. En 1948, elle a fait la couverture de rien moins que Gourmet le magazine Gourmet – ce qui a été porté à mon attention par Louis Anderman, le fondateur de Miracle Mile Bitters en Californie. Gourmet l’appelait « Peach in Champagne », demandait aux lecteurs d’utiliser une « pêche blanche saine et mûre » et suggérait d’ajouter une touche de cognac ou de brandy de pêche. L’article de Gourmet suggère que la boisson pourrait être un parent du Bellini, qui utilise du Prosecco et de la purée de pêche. Mais, compte tenu de l’utilisation de sucre dans la recette et de l’aspect spectaculaire de la boisson, il est plus probable que Peach in Champagne soit à l’origine un riff sur le Cocktail au champagnequi joue ses tours de bulles sur un morceau de sucre au fond du verre plutôt que sur une pêche.

La pêche au champagne a fait sensation dans les années 1960, au point que les verreries ont commencé à produire des récipients spécialement conçus pour cette boisson. Et il se peut qu’au moins six de ces verres aient fait leur chemin jusqu’à la Maison Blanche. Le Pittsburgh Press a rapporté en 1966 que Lyndon B. Johnson, lorsqu’il était vice-président de Kennedy, « s’est adressé à Seneca Glass Co. pour obtenir une demi-douzaine de verres à champagne « pêche » spécialement soufflés, portant ses initiales et un chapeau texan de 10 gallons ». L’article précisait que chaque verre contenait « une ou deux pêches et un peu de champagne ».

Aux États-Unis, les mentions dans les médias de la pêche au champagne et de la verrerie qui l’accompagne ont diminué dans les années 1970. Au cours de la décennie suivante, la boisson a été oubliée. (Elle est encore connue, et apparemment bue, en Allemagne. Si vous cherchez #Kullerpfirsich sur Instagram, presque toutes les photos sont postées par des comptes allemands).

La construction du cocktail est aujourd’hui délicate, car les pêches, comme beaucoup d’autres fruits, ont généralement augmenté de taille depuis l’après-guerre, ce qui rend difficile de trouver un verre pouvant contenir un fruit entier. Mais une expérience récente menée par cet auteur a montré que l’astuce fonctionne toujours. Le monde peut changer, et les goûts en matière de boisson peuvent changer avec lui, mais la bonne vieille pêche continue de tourner.

Cet article a été rédigé par Robert Simonson et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.