Menu Fermer

Vins propres : La vérité sur les amines biogènes et le vin | La folie du vin

Vous cherchez des vins propres ? Examinons quelques-unes des craintes que suscitent les additifs et les sulfites dans le vin et découvrons ce qui vous donne vraiment mal à la tête.

Les « vins propres » sont-ils vraiment propres ?

De nombreux vins prétendent être « propres », mais le sont-ils ? De même, les vins naturels sont-ils propres ?

Comme nous le découvrirons bientôt, il y a très peu de transparence sur ce sujet, et la vérité va en territoire inconnu.

clean dry farmed organic natural pure good wine illustration wine folly

clean dry farmed organic natural pure good wine illustration wine folly

Sentiment d’être « off » après avoir bu du vin

En excès, toute boisson alcoolisée apporte des sensations de fatigue, des maux de tête, des nausées et des douleurs abdominales. Cependant, certains buveurs se plaignent de l’apparition de ces symptômes après un ou deux verres de vin.

Quelle en est la cause ?

I Need My Wine Pronto!

J’ai besoin de mon vin Pronto !

Obtenez le meilleur outil pour ouvrir le goût et l’arôme, quelques instants après la sortie du bouchon.


Acheter maintenant

Est des sulfites ? Du sucre ajouté ? Sensibilité à l’alcool ? Ou un autre additif pour le vin ?

Il se trouve que ce ne sont probablement pas des sulfites, du sucre ajouté, ou les additifs pour le vin.

Ce sentiment de « malaise » que vous éprouvez avec le vin peut provenir d’un groupe de composés appelés amines biogènes.

biogenic-amines-chemical-compounds-graphic-winefolly

biogenic-amines-chemical-compounds-graphic-winefolly

Que sont les amines biogènes ?

Les amines biogènes sont des composés organiques azotés qui émergent naturellement lors de la vinification. Elles comprennent des composés comme l’histamine, la tyramine, la putrescine et la cadavérine.

biogenic-amines-in-foods-winefolly-infographicbiogenic-amines-in-foods-winefolly-infographicLes niveaux sûrs d’amines biogènes doivent encore être déterminés pour toute une série d’aliments fermentés.

Vous trouverez des amines biogènes dans de nombreux aliments, notamment le poisson transformé, la viande, le fromage et les produits fermentés (tels que la bière, le vin et le kimchi).

Des niveaux plus élevés d’amines biogènes (en particulier l’histamine et la tyramine) provoquent des bouffées de chaleur, des maux de tête, des nausées et de la fatigue.

Un exemple extrême

Dans un cas, six personnes âgées de 22 à 27 ans se sont rendues aux urgences avec des symptômes d’intoxication à l’alcool après avoir bu environ trois verres de vin lors d’une fête. Le vin ne contenait que 10,5% d’alcool en volume (ce qui est faible), il n’était donc pas logique que ces personnes soient aussi malades.

Après quelques tests microbiologiques, les scientifiques ont constaté que le vin contenait des niveaux « non négligeables » d’amines biogènes.

Quels vins contiennent des amines biogènes ?

Malheureusement, il n’y a pas de règles strictes à suivre pour éviter les vins contenant des amines biogènes, car il y a très peu de données disponibles. (Pour en savoir plus, voir ci-dessous).

red-vs-white-wines-illustrations

red-vs-white-wines-illustrations

Et si vous êtes sensible aux amines biogènes ?

Certains d’entre nous sont sensibles aux amines biogènes (dont moi, Madeline Puckette, experte en vin et auteur). Nous ressentons des bouffées de chaleur ou des maux de tête après quelques gorgées de vin. Voici donc quelques conseils pratiques sur ce qu’il faut faire :

Buvez toujours un verre d’eau avant de boire un verre de vin. Cela élimine la possibilité que vous soyez déshydraté.
Si vous devez boire plus qu’un verre de vin, optez pour des vins blancs, rosés et mousseux plutôt que pour des vins rouges. (Plus d’informations ci-dessous).
Malgré nos craintes liées aux sulfites, les vins contenant des sulfites stoppent la création d’amines biogènes en contrôlant la croissance microbienne.
Si vous reniflez, il est utile de noter que les vins aux arômes putrides excessifs correspondent souvent à des amines biogènes élevées. (mot-clé : « excessif »).
Les vins très acides (vins à faible pH – inférieur à 3,3 pH) résistent naturellement à la création d’amines biogènes.
Essayez de limiter votre consommation d’aliments riches en amines biogènes (fromages affinés, charcuteries, poissons transformés) lorsque vous buvez du vin.
Certaines personnes recommandent de prendre un antihistaminique avant de boire du vin. Nous vous conseillons de consulter votre médecin avant d’essayer.

Pourquoi personne ne parle des amines biogènes ?

Les amines biogènes sont sur le radar de la science depuis longtemps. L’histamine a été identifiée pour la première fois comme un médiateur des réactions allergiques au début des années 1900.

Dans le domaine du vin, une étude réalisée par l’American Journal of Enology and Viticulture en 1983 a testé la teneur en amines des vins et a constaté que les vins rouges contenaient plus d’histamine que les vins blancs.

Après d’autres recherches, nous avons appris qu’un processus de vinification appelée fermentation malolactique (utilisé dans presque tous les vins rouges et le Chardonnay « beurré ») augmente le taux d’histamine dans le vin.

Pourquoi n’y a-t-il pas de réglementation à ce sujet ?

L’Union européenne a discuté de la réglementation des amines biogènes, mais aucune limite légale n’a été fixée.

L’une des raisons de cette situation est le manque flagrant d’informations sur le vin dont disposent les chercheurs pour en savoir plus.

Il est certain que certaines entreprises vinicoles prennent les amines biogènes très au sérieux, compilant leurs propres recherches et pratiques de vinification pour produire des produits à la fois délicieux et sûrs. Toutefois, les établissements vinicoles ne sont pas tenus de partager ces informations avec le public.

Pour l’instant, Vins propres = Duvet de marketing

Il serait sage de se montrer sceptique vis-à-vis des vins commercialisés comme « propres », à moins que les marques ne partagent leurs chiffres.

En outre, le simple fait qu’un Le vin est « naturel ». ne signifie pas qu’il contient des amines biogènes inférieures. En fait, dans certains scénarios, les fermentations natives peuvent augmenter la probabilité de formation de composés comme l’histamine et la tyramine.

Alors, la prochaine fois que vous lirez une déclaration audacieuse sur le fait qu’un vin est bon pour vous, souvenez-vous que le vin est une folie ! Bienvenue à la fête 😉

Les consommateurs devraient-ils avoir accès à ces informations ? Laissez un commentaire ci-dessous !

Cet article a été rédigé par Madeline Puckette et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.