Menu Fermer

Nous avons demandé à 10 brasseurs : Quel est le Smoothie IPA le plus ridicule que vous ayez mangé ?

On établit souvent un parallèle entre la bière artisanale et la musique. On dit que les soldes de brasserie ressemblent beaucoup à la signature de votre groupe indépendant préféré sur une maison de disques grand public. Bien sûr, il y a des exceptions, et ce qui ressort pour certains, c’est métaux lourds et IPA. Du stoner metal au black metal technique, et de session IPA à IPA noirLes genres parallèles contiennent apparemment d’innombrables sous-genres et innovations.

L’une des sous-catégories d’IPA qui divise le plus est celle du smoothie IPA, très critiqué, un style que de nombreux buveurs de bière (dont cet auteur) s’efforcent de reconnaître comme IPA. Avec des grammes incroyablement élevés par litre de fruits et des niveaux de lactose scandaleux, c’est un sous-style qui ne ressemble guère à son style d’origine. En effet, de nombreux brasseurs contactés pour cet article ont simplement déclaré qu’ils avaient jusqu’à présent réussi à éviter de boire un smoothie iPA. Quoi qu’il en soit, peu de gens peuvent nier sa popularité – et beaucoup conviennent qu’il est délicieux, même s’il est un peu ridicule.

Alors, quels sont les smoothies les plus ridicules que les brasseurs professionnels de l’IPA boivent ? Nous avons demandé aux brasseurs du monde entier d’indiquer en carillon quels sont les smoothie IPA sucrés, semblables à des desserts, qui prennent le dessus.

« North Brew Co. Golden Milk Turmeric et Abricot aigre à la noix de coco. Je prends du curcuma tous les jours depuis longtemps pour ses nombreux bienfaits sur la santé et j’ai été intrigué de voir comment une saveur aussi forte pouvait fonctionner dans une bière. La bière a versé une orange vibrante avec une tête blanche comme un oreiller. Dès la première gorgée, la saveur immédiate était celle de l’abricot et de la clémentine sucrée. Le curcuma est là à profusion, mais il n’est pas trop fort, et il s’accorde bien avec le sorbet-souvenir. La noix de coco était présente quelque part en arrière-plan, bien que ce ne soit probablement pas une mauvaise chose car elle ressort comme un pouce endolori si elle est trop proéminente. Je n’étais pas sûr de la façon dont le mélange des ingrédients allait se mélanger, mais ils l’ont fait, et cela a donné un aigre fruité super rafraîchissant qui a contribué à ma santé générale et à la souplesse de mes articulations ». – Maddie Culling, brasseuse en chef, Northern Monk Brew Co., Leeds, Royaume-Uni.

« Nous avons brassé notre juste part de IPA sur les milk-shakes (enfin, quatre pour être exact, donc peut-être que la part équitable est un peu exagérée), mais nous nous sommes toujours efforcés de faire en sorte que le liquide ait un semblant de bière en plus d’un milk-shake. La plus ridicule que j’ai jamais goûtée vient d’une brasserie qui a versé à côté de nous lors d’un festival – un milkshake IPA mixte baies/vanille qui avait littéralement des morceaux lorsqu’il était versé dans mon verre. J’ai dû utiliser l’évier de la salle de bain pour rincer le verre à fond par la suite parce que ces particules de fruits aiment s’accrocher ! – Libby Crider, Propriétaire &amp ; Directrice générale, 2e équipe de brassage, St Louis

« Je n’ai jamais sciemment bu un smoothie IPA, à l’exception d’un qui était une sorte de banane Daiquiri numéro d’une brasserie suédoise qui restera sans nom. Je m’aime un Piña Colada mais c’était plus un arôme de merde de bébé et une texture comme du blanc-manger liquéfié. Presque aussi mauvais que la Negroni Saison de l’une de mes brasseries londoniennes préférées [servie] au Moeder Lambic, entre autres, en 2014… Ho hum. Passez-moi la Pils, s’il vous plaît. » – Olly Plimsoll Bartlett, directeur des ventes, Stockholm Brewing Co., Stockholm, Suède

« Lors d’un précédent emploi, nous avons brassé une bière avec une célèbre brasserie suédoise connue pour son graphisme audacieux et ses combinaisons de saveurs toujours plus audacieuses. Cette bière devait être la bière principale de la deuxième édition de Beavertown Extravaganza et, à ce titre, elle devait être à la hauteur de la bière précédente pour le festival, Heavy Lord, une bière impériale vieillie au tonneau de bourbon à 15 %. bière brassée avec 3 Floyds de Munster, Indiana. La brasserie avec laquelle nous avons décidé de nous associer pour la deuxième année n’était autre qu’Omnipollo et la bière était Mango Milk Power Breakfast IIPA. Je me souviens encore de l’expression de dégoût et de peur sur nos visages lorsque nous avons appris que nous allions utiliser de l’isolat de protéines de lactosérum (dont Omnipollo a spécifié qu’il devait être de la plus haute qualité possible) dans une bière. J’ai été encore plus choqué lorsque Cosmo, notre brasseur principal à l’époque, a été autorisé à dépenser près d’un millier de dollars pour un adjuvant inutile qui aurait probablement coagulé dans la bouilloire de toute façon et n’aurait apporté que très peu de saveur ou de texture, ou d’effets bénéfiques sur les muscles. La bière elle-même était en fait très difficile à fabriquer, et je dis bien « à fabriquer » parce qu’il s’agissait moins de brasser que de mettre en place les techniques nécessaires pour que ces arômes de houblon, de mangue, de noix de coco, de lactose, de vanille et… de protéines s’isolent les uns des autres de manière harmonieuse et savoureuse. L’événement a eu lieu et, bien sûr, Omnipollo avait préparé la bière à verser à partir de leur distributeur de boissons gazeuses sur leur stand… J’en ai vu une versée dans une coque de noix de coco, je l’ai donc goûtée et je me suis dit « oui, c’est plutôt bon pour ce que c’est ». J’étais fier que nous ayons fait un Smoothie Imperial IPA mangue, noix de coco, vanille, lactose, protéiné… Maintenant, où est mon Pilsner?” – Jonathan Hamilton, Brasseur, Brasserie Newbarns, Edimbourg, Ecosse

« Question piège : toutes les API de smoothie sont tout aussi ridicules ». – Ehren Schmidt, Master Blender, Mikkeller Baghaven, Copenhague, Danemark

« Le smoothie/milkshake IPA le plus ridicule que j’aie jamais mangé était probablement un double IPA noir aigre, saupoudré de citrate et d’El Dorado et composé de blé, d’avoine maltée, de lactose, de purée de mandarine, de tangerine, de chocolat noir, de gousses de vanille, de sel de mer rose et de zeste d’orange. Quand je l’ai bu, c’était un peu une surcharge sensorielle : tant de saveurs différentes traversaient mon palais pendant que je buvais ; c’était intéressant mais je ne pense pas que j’irais jusqu’à dire que c’était agréable. Je ne les achète pas, mais une amie à moi adore ce style et elle me donne sans cesse des exemples à essayer. Personnellement, je n’aime pas vraiment ce style ; d’une part, je n’aime pas vraiment la bière trop sucrée (ou le vin doux, ou toute autre boisson sucrée en général) et ce style d’IPA est agressivement sucré. L’autre raison pour laquelle je n’aime pas le smoothie/le milk-shake IPA est que j’ai l’impression que ce style n’est qu’un gadget conçu pour attirer l’attention sur un marché très fréquenté. Tout le monde crie : « Regardez-moi ! Je suis un IPA qui a le goût de s’mores » ou « Regardez-moi ! Je suis une IPA qui a le goût de la fraise crêpesou « Regardez-moi ! Je suis une API avec autant de lactose qu’un verre de lait ! Et oui, ces trois exemples sont réels. En fin de compte, je pense que les gens qui aiment ce style l’apprécient parce qu’ils ont une affinité avec les choses sucrées et sucrées ». – Mark Ryan, brasseur en chef, Jersey Girl Brewing Company, Hackettstown, N.J.

« Je vais devoir dire définitivement Dôme de vanille avec mangue. Ce n’est pas ridicule dans son absurdité, mais dans la façon dont les saveurs se combinent. La vanille accentue la douceur tandis que l’acidité de la mangue l’empêche d’être clownesque. C’est une bière bien équilibrée ». – Peter Heggeman, brasseur, Bath Brewing Company, Bath, Maine

"Des mains fatiguéesun nom sur la plupart des « .hype boisLe groupe a dressé une liste de brasseries à essayer, a fabriqué de la bière absolument renversante et a contribué, avec Omnipollo, à lancer et à fétichiser le milkshake/lisse IPA. Leur double IPA à la vanille est probablement l’un des IPA les plus intenses (lire : ridicule) que j’ai eu et oui, c’était décadent, mais c’était aussi un énorme manque pour moi. Leur souche de levure domestique et l’utilisation massive d’avoine m’ont apporté des tas de vanille dans leurs bières, mais la quantité de vanille dans cet IPA était trop importante lorsqu’il était associé à de la citrate, de la mosaïque, du lactose (f*ck lactose !) et, selon la rumeur, à une pomme dans la purée pour la brume de pectine. Le profil du houblon était excellent (alors que Citra et Mosaic ne le sont pas), mais lorsque la douceur criarde du lactose et de la vanille s’infiltre, elle est écrasante et nuit à l’équilibre de la bière. La bière est parfaite pour un partage de bouteille où une canette entière est de trop mais un quart de canette est plus que suffisant. Ce genre d’innovation « pour le plaisir d’innover » signifie que vous devrez toujours vous surpasser et surpasser vos concurrents lorsque les frères de la brume vous appelleront ». – Jack Delaney, brasseur en chef adjoint, Alefarm Brewing, Greve, Danemark

Le « smoothie IPA » le plus ridicule que j’ai jamais bu serait probablement un produit de Decadent Ales de Mamaroneck, N.Y. Leurs IPA ne sont pas emballés avec autant de purée de fruits que les populaires bières aigres-doucesmais ils sont toujours chargés de tonnes de saveurs de fruits sucrés et piquants. L’IPA Orange Cream Pop contient tellement de saveurs et de sensations en bouche qu’il remplace avantageusement une véritable glace à l’eau en été. Des tonnes de douceur crémeuse au départ, grâce à l’ajout de sucre et de gousses de vanille, suivies d’un surprenant coup d’orange qui s’attarde sur la langue. De plus, le taux d’alcoolémie reste stable à 6 %, alors n’hésitez pas à en déguster plus d’un. J’ai eu pas mal de smoothie et de milk-shake, mais celui-ci est le plus équilibré des deux, tout en étant capable de détecter le houblon. Plus ridicule encore, leur IPA Double Toasted Marshmallow est en fait une boîte de conserve d’alcool sucré-sucré. Bien qu’il soit assez savoureux, à 9,5 % de VBA, c’est une touche trop sucrée et trop alcoolisée pour en apprécier beaucoup plus que quelques gorgées ». – Bri Burrows, brasseur en chef, Big Rip Brewing Company, Kansas City, Mo.

Pour citer une phrase d’une bouteille de bière, « Je n’ai pas choisi le houblon, c’est le houblon qui m’a choisi ». J’aime une bonne IPA de la côte ouest, croustillante et bien arrosée, l’un de mes styles de bière préférés. Je n’ai jamais été fan des IPA brumeux et fruités qui se sont imposés ici aux États-Unis. Brassage de la pierre est l’une de mes brasseries préférées, alors quand un de mes amis barman a déposé un pack de 6 de Stone Neverending Haze à la brasserie, j’ai été surpris. Mais comme Stone fait des bières incroyables, j’ai essayé. Cette bière est tellement brumeuse avec des saveurs d’agrumes, d’ananas et de fraise. Elle est vendue à 4 % de VBA et 35 UIB. Je dois dire que j’ai été impressionné. Je ne me suis en aucun cas convertie à une bière brumeuse et juteuse, mais c’est l’une des meilleures que j’ai eues ». – Joe Crockett, brasseur, Rockin’ JY Nano Craft Brewery, Ewa Beach, Hawaii

Cet article a été rédigé par Lily Waite et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.