Menu Fermer

L’évolution du rôle des relations publiques dans les restaurants et les bars à une époque de distanciation sociale

Il y a plus d’un million de restaurants aux États-Unis, qui emploient environ 15,6 millions de personnes, selon le Association nationale des restaurants. Le nombre de bars et d’établissements de boissons s’élève à plus de 60 000, dont près de 350 000 travaillent dans le secteur, selon Statista données.

En milieu de semaine, une proportion importante de cette population avait perdu son emploi, après que des bars et des restaurants de tout le pays aient été fermés ou aient vu leurs activités fortement réduites. Dans le but d’enrayer la propagation de la Coronavirus COVID-19Dans le cadre de l’accord de libre-échange nord-américain, les gouvernements de plusieurs États ont mis en œuvre des mesures sans précédent, limitant les établissements sur place aux seules grandes villes telles que New York, Los Angeles, Chicago, Philadelphie et Dallas.

Les premiers touchés – et les plus touchés – par ces mesures sont les employés du secteur rémunérés à l’heure. Mais le segment de l’alimentation et des boissons de l’industrie hôtelière est également desservi par de nombreuses industries de soutien. Des fournisseurs et distributeurs (aliments et boissons) aux entreprises de lingerie, en passant par les fabricants d’ustensiles de cuisine et les fleuristes, de nombreuses industries ont été touchées cette semaine par la fermeture des bars et restaurants. Il faudra peut-être des jours, des semaines, voire des mois pour comprendre pleinement les ramifications de la fermeture massive du secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

Mais pour un secteur proche de l’hospitalité – qui peut être invisible pour la plupart des convives – l’impact a été immédiat. De nombreuses sociétés de relations publiques ont vu les pertes de clients se résorber rapidement et furieusement.

Pour ceux qui ne sont pas familiers avec le secteur, l’objectif d’une agence de relations publiques employée par un bar ou un restaurant est de rehausser le profil d’un lieu par le biais de placements dans les médias et d’efforts de marketing afin de stimuler les affaires, pour finalement faire passer plus de clients. Fermez ces portes, et la valeur de ce service diminue.

« S’ils ne sont pas ouverts, il n’y a rien [pour nous] à communiquer », a déclaré à VinePair un professionnel des relations publiques qui n’était pas autorisé à s’exprimer sur le sujet. « Lorsque les restaurants doivent prendre la décision de réduire leur personnel, il est évident que le premier budget extérieur à être utilisé est celui des relations publiques.

L’individu, qui a demandé à rester anonyme, a parlé de « licenciements importants » et de « réductions de salaire significatives » au sein de son agence, après qu’elle ait perdu un grand nombre de ses clients de bars et de restaurants en l’espace d’une semaine.

« La plupart de nos clients ont des contrats de six mois ou d’un an, mais ils nous paient mensuellement », explique le professionnel des relations publiques. « Mais non seulement c’est un problème de clients qui ne peuvent pas nous payer le mois prochain, mais nous ne savons pas si nous allons être payés pour le mois dernier. Tout le monde ne paie pas à temps ».

Si les marges de l’hospitalité sont notoirement très minces, tous les bars et restaurants n’ont pas été contraints de se séparer de leur représentation. Mais tout comme les personnes travaillant dans l’industrie de l’accueil elle-même, de nombreuses agences ont vu leur rôle changer au quotidien, afin de s’adapter au climat actuel.

« C’est un territoire inexploré », déclare Mary Wagstaff, présidente de la Wagstaff Media Marketingune société de relations publiques qui possède des bureaux dans cinq grandes villes d’Amérique du Nord.

Au lieu de présenter les nouveaux menus de leurs clients ou d’essayer d’obtenir des interviews pour le personnel des restaurants auprès des médias, les employés de Wagstaff se retrouvent maintenant dans un rôle de soutien, en tenant leurs bars et restaurants à jour avec toutes les informations dont ils peuvent avoir besoin pour naviguer dans le paysage de l’hospitalité en constante évolution. « Nous sommes tous en train de découvrir ce qu’est la nouvelle normalité. Et cela change de jour en jour, d’heure en heure », dit-elle.

Même si les clients ne pourront pas payer avant quelques mois, M. Wagstaff insiste sur le fait qu’ils sont tous dans le même bateau. « Chacun de nos clients – restaurants, hôtels, destinations de voyage, entreprises de vins et spiritueux – nous ne nous considérons pas comme séparés de ces entreprises », dit-elle. « Nous sommes eux ».

Jenna Gerbino Kaplan, spécialiste des relations publiques en free-lance et fondatrice de Cette seule RPa également noté un sens de la communauté « inspirant » dans ces circonstances sans précédent. « Propriétaires, barmans, publicistes, journalistes – tout le monde travaille pour le bien de tous », dit-elle. Gerbino Kaplan offre également ses services gratuitement à ses clients du bar dans un avenir proche.

En Caroline du Nord JNK PRJennifer Noble Kelly, la fondatrice, utilise les médias sociaux pour aider ses clients du secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

Son équipe surveille les groupes Facebook axés sur l’hospitalité pour tenir les clients au courant des informations clés. « Nous essayons de garder une longueur d’avance, afin de pouvoir conseiller nos clients sur les changements à venir et sur la manière dont l’industrie de l’accueil dans d’autres domaines est déjà en train de pivoter », dit-elle.

Noble Kelly encourage également ses clients à mettre en place des sessions vidéo quotidiennes en direct sur les plateformes de médias sociaux, afin de partager leur expertise et de s’engager auprès des consommateurs pendant la fermeture. Un client, Kingfisher Bar, à Durham, NC, organise désormais une heure de cocktail virtuel tous les après-midi, le propriétaire Sean Umstead enseignant les techniques de cocktails et de mixologie.

A Minneapolis, Communications en fonte La co-fondatrice Dara Levine s’efforce de mettre ses clients restaurateurs en contact avec les médias locaux et nationaux.

« Nous avons aidé nos clients à communiquer leurs nouvelles offres – ramassage sur le trottoir, cartes-cadeaux, [et] nouveaux services de livraison – aux médias locaux, [et] nous avons continué à publier des articles dans les médias nationaux sur des sujets tels que les produits de base du garde-manger, les recettes maison et bien d’autres encore, » dit-elle.

En fin de compte, le rôle des relations publiques est de donner une voix aux restaurants et aux bars. Pour l’instant, la méthode de communication a peut-être changé – tout comme le message – mais lorsque cette pandémie sera finalement terminée, les agences de relations publiques seront probablement un élément précieux pour le retour de l’industrie.

« Quand nous traverserons cette épreuve, chaque bar et chaque restaurant sera touché différemment et ils se concentreront sur la reconstruction de cette partie de leur vie ». Grenouille-taureau + Baum dit la fondatrice Jennifer Baum. « Nous avons mis en place des stratégies et des tactiques pour le moment où la situation se calmera, ce qui nous permettra d’agir rapidement, et nous travaillons déjà avec nos clients à ce sujet ».

En cette époque de distanciation sociale, il n’y a guère de perspective plus séduisante qu’un paysage hospitalier sain.

Cet article a été rédigé par Tim McKirdy et traduit par AutourduBouchon.com. Les produits sont sélectionnés de manière indépendante. AutourduBouchon.com perçoit une rémunération lorsqu’un de nos lecteurs procède à l’achat en ligne d’un produit mis en avant.