Menu Fermer

Amazon, Facebook, Google

Un différend en cours entre la France et les États-Unis s'est intensifié mardi, à la suite d'une audition à Washington DC sur d'éventuels tarifs douaniers à 100% sur le vin, le fromage et d'autres produits importés français.

Le 3 décembre 2019, l'administration Trump a annoncé qu'elle envisageait les tarifs après que le bureau du représentant américain au commerce (USTR) a conclu qu'une taxe française sur les services numériques discriminait les sociétés de technologie américaines, notamment Amazon, Facebook et Google.

Signée par le président français Macron le 24 juillet 2019, la taxe permet à la France de percevoir des revenus auprès des entreprises technologiques internationales en relation avec les activités commerciales qui se déroulent à l'intérieur de ses frontières.

L'USTR a par la suite conclu que la taxe était discriminatoire et visait injustement les entreprises Internet américaines tout en épargnant les entreprises françaises. Une audience a ensuite été fixée au mardi 7 janvier 2020 pour discuter de la question de savoir si les États-Unis devraient imposer les tarifs de rétorsion proposés à 100%.

Bien que ostensiblement un différend entre la France et les États-Unis sur les opérations d'une partie du monde

La taxe sur les services numériques est imposée au taux de

Mais les implications des tarifs

Au cours de l'audience, un porte-parole de la Computer and Communications Industry Association (CCIA), qui représente les entreprises technologiques, a exhorté le

Selon Politico, environ deux douzaines de grossistes et détaillants de vins ont également témoigné à l'audience. Les particuliers ont fait valoir que leur entreprise serait gravement touchée par les droits proposés.

Dans une lettre à l'USTR, une coalition de 10 groupes viticoles a fait valoir que des tarifs à 100% sur les vins français augmenteraient les coûts pour les importateurs de 718 millions de dollars et pourraient entraîner plus de 17000 suppressions d'emplois dans l'industrie vinicole américaine.

« Nous exhortons vivement les États-Unis et la France à parvenir à un règlement négocié dans ce différend et à éviter la mise en œuvre de nouveaux tarifs », a déclaré Barkley Stuart, directeur exécutif de Southern Glazer’s Wine and Spirits.

À Paris, de hauts responsables américains et français tentent actuellement de parvenir à cet accord avant la prochaine réunion du Forum économique mondial, qui se tiendra à Davos, en Suisse, à la fin de ce mois. La possibilité que cela se produise semble cependant très peu probable, d'autant plus que l'Union européenne soutient actuellement la France dans son différend avec les États-Unis.

VinePair a demandé à la CCIA de lui faire part de ses commentaires sur les tarifs proposés, mais n'a pas reçu de réponse au moment de la publication.

Pour plus d'informations sur ce différend, ainsi qu'un ensemble distinct de tarifs non liés qui menacent également l'industrie vinicole américaine, voir VinePair

L'article Amazon, Facebook, Google